Porn gros cul escort girl la roche sur yon

porn gros cul escort girl la roche sur yon

Un grand nombre d'écrivains, tant parmi les anciens que parmi les moder- nes, ont préludé par des traductions à leur apothéose littéraire; d'autres, au con- traire, ne s'y sont exercés qu'à l'apogée de leur gloire. Cet hon- neur , ce droit lui sont-ils légitimement dévolus , dûs, acquis ou arbitrairement abandonnés. La traduction doit changer la langue, et non point la nature de l'ouvrage.

La copie doit ressem- bler à l'original, et ta versification ajoutera toujours à la ressemblance Rivery, Disc. Si l'on consulte la littérature comparée, la poésie devra toujours traduire la poésie; nous y voyons en effet surabonder les traductions en vers de poète à poète, et le plus souvent avec succès, et dès lors le problème nous paraît plus d'à-demi résolu, quoi qu'on en ait dit en faveur de la prose.

L'Italie est dans ce genre de productions peut-être plus riche que tout autre pays. Elle idolâtre sa gloire comme son ciel et son sol, et en cela elle a raison ; mais elle n'est pas égoïste; elle aime à s'inspirer aux littératures étrangères , â 1rs faire admirer à ses indigènes.

Toute la poésie française, allemande, anglaise, espagnole, sans parler des autres, y est vulgarisée et toujours en vers, et souvent le même poète par cinq ou six vulgarisateurs différents, et avec la langue du jour.

On peut y citer une foule d'excellentes traductions. A quoi cela tient-il? On semble s'y défier à qui mieux mieux; ce qui fait que la littérature italienne est aussi vaste que son école de peinture; on sait bien par où la commencer et la lînir, et à part les quatre coryphées de la poésie on ne sait plus à qui s'arrêter de préfé- rence ; ajoutons à cela que le siècle actuel en a encore étendu le domaine.

Gin- guéné l'a débrouillée admirablement, en la réduisant à sa plus simple expression; mais il y a encore bien au delà. On serait tenté d'appliquer à l'Italie artistique et littéraire , ce qu'Ovide disait des dames romaines, qui venaient aux jours de fêtes faire envier leurs attraits sous le portique de Pompée.

Ce n'est pas qu'en France les traductions des auteurs anciens et des modernes fassent défaut; tout est traduit. H en est même qu'on ne refera ja- mais mieux. Mais tout est-il traduit comme il devrait, comme il pourrait l'être, comme l'est le petit nombre?

Ici fesons une grande enjambée, et arrêtons-nous â notre époque. Rien des poètes modernes, et même des anciens, n'y sont traduits qu'en prose: L'athlète déterminé qui voudra lutter corps-à-corps avec son modèle, ne devra pas oublier qu'il traduit pour faire apprécier les beau- tés personnelles d'un écrivain, à cette majorité , qui ne peut le lire dans sa lan- gue native; et, de plus, qu'une traduction doit être pour cette minorité, qui en- tend l'original, le monument de ce que peut et le traducteur et le génie de la langue qu'il parle, ou plutôt qu'il fait parler à son siècle.

Quand une traduction est manquée ce n'est jamais le génie de la langue qui a tort: Chénier André n'a-t-il pas montré ce que le français, i Doux, ranide. Ne l'a-t-il pas venge suffisamment du reproche banal de timidité par les merveilleux effets de son style, dans lequel respire tout ce qu'a de vitalité le vieux dialecte homérique.

Sans compter qu'à diverses époques la langue fran- çaise a été tamisée, selon l'expression de Victor Hugo ; elle a , depuis Chenier , grandi de soixante ans, et a passé par l'étamine des philosophes et des poètes modernes. Les procédés de l'esprit humain n'ont point changé ; aujourd'hui, le mode de penser est tel qu'il fut dans son principe ; mais nous avons gagné que l'esprit humain mieux étudié , la métaphysique ou si l'on veut l'analyse de l'entende- ment nous a montré comment on pense, comment on développe méthodiquement ses pensées; et la philosophie du langage nous a dit comment on peut, on doit entendre un écrivain, et comment on le doit rendre.

Mais poursuivons; qu'est-ce que traduire? Traduire, si nous nous en fesons une idée juste, exacte, et rigou- reuse, ce n'est pas rendre seulement les pensées d'un écrivain; c'est encore en reproduire le style, les ligures, les tours, l'harmonie si c'est un poète, le nombre si c'est un prosateur.

Difficulté grande, je n'en disconviens pas. Tacite, Dante, Klopstock, et, en général, tous les écrivains profonds penseurs, asservissent la ra- pidité de leur style à l'activité de leur imagination ; ils abrègent tout , parce qu'ils voient tout; il notent, pour ainsi dire, en courant, fixent en courant la pen- sée par l'expression qui les domine , et révèle l'âme à l'âme. Il faut les suivre dans le dédale de leurs idées, dans leurs bonds, dans la vaste synthèse des deux extrêmes de leurs conceptions; et pour la rendre cette synthèse, il faut s'incar- ner en eux, les incarner en soi, voir, sentir avec eux et comme eux, écrire d'ins- piration et corriger de calcul.

Deux langues peuvent, jusqu'à un certain point , s'interpréter l'une par l'autre, se mouler, pour ainsi dire, l'une sur l'autre, est Digitized by Google 18 DISCOURS PRÉLIMINAIRE quoddam prodire tenus, il est un certain jusqu'à , jusqu'où l'on peut aller, ce point existe, on ne saurait le nier; mais c'est à la pensée persévérante à le sai- sir, c'est à l'expression à l'arrêter au passage.

Les traducteurs, à quelque langue qu'ils appartiennent, n'ont qu'à suivre en prose la route des Dussault, des Gueroult, des Rurnouf, des Leclerc, des Nisard etc. En vers celle des Chr'nier, des Wailly, des Pongcrville etc. Si c'est un mérite vulgaire que de traduire, c'en est un bien grand que d'avoir traduit comme ces modèles; et quand plus d'une fois l'Institut a couronné des traductions, il a non-seulement reconnu et récompensé le talent, mais encore le service rendu aux langues, et à la littérature comparée.

Charles-Quint s'amusa jadis à les qualifier dans un de ses moments de belle humeur; inutile de le rapporter ici; pas un collégien qui ne le sache. Les grammairiens nous le donnent à la suite de la classification du langage des animaux.

Nul, certes, n'était plus capable de juger des idiomes que l' Empereur-Roi. Il l'a fait, il est vrai, d'une manière très et trop synoptique, mais il ne pouvait en dire plus ne les ayant considérés, que sous le point de vue euphonique ou musical.

Si nous les effleurons ici, c'est seulement pour transition. Prenons garde toutefois, en cherchant à les apprécier, de ne pas tomber dans l'erreur de ces princes latins qui, devisant de leurs épouses, voyaient, chacun dans la leur, la plus belle, la plus vertueuse, la plus fidèle, la plus enfin tout ce qu'on voit de plus superlatif dans un supcrlativement aimé et admiré.

L'Allemand, oh, l'allemand, depuis que le Roi-mécanicien. Mais depuis que Voltaire en eut ricané avec la baronne de Thundertentrunk, il asphyxia dans le gosier de ses Francs cette langue à laquelle Charlemagne avait ajouté de nouveaux mots.

Au- cuns après lui, malicieux penseurs, oreilles sybaritiques, palais à luette délicate, prétendent, par une comparaison toute moderne, que l'Allemand produit sur eux l'effet de la plume métallique entre les mains d'un écrivassier qui , callygraphe avorté, ne sait ni ne peut la faire articuler; ils disent qu'elle rape, râle, gratte, bronche, racle, froufroute, crache, s'ébrèche, craque Rien de tout cela; et Digitized by Google DISCOURS PRÉLIMINAIRE 19 même bien plus que tout cela si Ton veut.

L'Allemand plein , viril , abondant , thyrtéen, pindarique, gronde l'hymne guerrier, ou le cantique saint, tel l'airain des batailles, ou l'ouragan des mers. Doux, limpide, suave, tel il fait soupirer la romance, et gémir l'élégie, cl résonner I idylle. Superbe suzerain des idiomes du nord, noble, profond, philosophique, il leur impose son calme, sa gravité, sa rai- son: Kant et Klnpslock en on fait l'un la prose, l'autre les vers, et Kôrner en créa l'harmonie. Le protagoniste de la grande trilogie , le moi dantesque , ce moi solennel , magvi nominis umbra, ne serait-il pas dans le cas de ces grands héros de l'his- toire que, selon Bossuet, la main de Dieu a fait naître sur la route du temps pour manifester sa providence, et la faire servir à instruire les hommes?

La Divine Comédie est la consécration du christianisme, un hymne toujours retentissant en son honneur, une excitation continuelle à bien vivre; elle est la glo- rification de l'empire, l'apothéose des vertus, le stygmatc flétrissant des crimes, des vices sans acception des personnes ; elle est enfin l'âme, l'esprit, la vie de son protagoniste. Toute la science connue jusqu'alors s'y revêt d'un dialecte savant , d'une poésie originale, qui coule comme goutte à goutte de la plume du poète.

Son étude faite consciencieusement, de bonne foi, sans prévention, vers par vers, tout ce qu'à de vrai le fond de l'idée sous le voile d'une expression embléma- tique, étudiée, subtile parfois révèle une intelligence surhumaine, on dirait même inspirée, prophétique.

L'enfer d'une théogonie particulière au- - roit été trop étroit pour une si large invention. Dante n'était plus, mais son livre lui survivait; à sa suite s'élevèrent com- mentaires, scoliastes, éditeurs, interprètes publics, traducteurs. Ralines dans sa bibliografia dantesca, a énuméré toutes les éditions publiées jusques à son époque; elles vont en augmentant du XV.

Le nombre en est aujourd'hui indéfini, preuve incontestable de la popularité toujours croissante du vieux père Allighieri. Laissant de côté tout ce qu'on a écrit sur les traductions des siècles anté- rieurs nous ne nous arrêterons qu'aux principales de ce dernier siècle. En Angleterre Royd a publié une traduction en prose à Londres, 3 vol.

Tarvcr une autre après lui ; elles ont jeté peu d'éclat. O'Donnel moine irlandais dans les sept ans qu'il est resté à la Yallombreuse do Florence a traduit en prose les trois poèmes, les a dédiés à la jeunesse irlan- daise. Traduire littéralement Dante, dit-il, est une chose moralement impossible jusqu'à un certain point pourtant , paraphraser aurait défiguré l'original , j'ai donc dû tenir un juste milieu.

Sa traduction est assez littérale, élégante mais un peu molle, résultat dû au sys- tème qu'il s'était proposé. Cayley a traduit en vers le Purgatoire seulement. Il a adopté la terzina de Dante, telle que nous l'avons suivie nous-même sauf dans quelques chants voir Parad. Le style de Cayley est plus travaillé que celui de Carry, sa poésie plus soignée, et sa littéralité plus exacte, malgré la dilDculté de la triple rime.

Now hath my intellectual bark to make Full sail, on better waters voyaging. Sweet sapphire hues the Orient overlaid, Aecumulating on the still aspèct Of stainless air, through the llrst orb; which made The hcavens appeared joyous of their sheen! When I had lookcd from their confronting light, As somewhat toward the other pôle I bore, Where now the Carie his Wain was out of sight ;. The rays of the four hallowed splendors thcrc His countcnanre did with such a lustre crown, I saw him as the sun before me were.

Is breach so made in statutes of the deep, Or change of new decrees in heaven enrolled, That damnèd you upon ray bulwarks peep? Then answered, u Of myself l have not stirred; From heaven came down a lady, at whose prayer My hclp to this man's rescue I conferred.

But since it is thy will, we should déclare Of our condition more, its truth to give, My wiil to keep it from thee cannot dare, This man halh never seen the latest eve, But was so near it by his madness led, That littlc space indeed remained to live. I was commissioned to him, as 1 said, To free him, and no other way could see But this, on vhich 1 have put forth my tread.

Ile goes to scck for freedom, freedora dear, 65 As who lays lift' down, knoweth ît to bc. Thou know'st, who disdt not for it think severr Thy death in Utica, which tbere dcfaced The wccd, which yon great day shall shinc so clear. No laws etcmal aro by us transgrest; 70 For hc is quick, me doth not Minos hold, Nay, but yon circle, where the eyelids chaste Of Marcia dwell, who seemeth as of old Imploring, sacred heart, thine to remain: I will give thanks unto her for thy sake, If to bc mentioned there below thou deign.

Sinco now she dwclls beyond that evil river, She can no longer move me, through the laws That, when I parted, were made fast for ever. If lady ont of heaven theo moves and draws, 85 As thou hast said, no flattery shall need; To ask me by her name approves thy cause.

Go, gird the man then with a Knotless reed, And see to lave his face in such a guise, That from ail reeky smirch it may bc freed. No olher plant, which into foliage grows.

Or induratcs, can live within liât pale, By reason of not giving place to hlows. Thcncc by a différent road ye shall not fail To tum; yon rising sun will counsel you By gentler slopos the mountain side to scale. And barkward let us bend, for by this way The mountain slopeth to her confines low.

And flee before her, so that on the main. Far off, marked the trembling sheen to play. Wc plodded through the solitary plain, As those who shall their long-lost way pursue, Who, till they find it, secm to toil in vain. Thcre did he gird me for another's sake.

Ce système de traduction est bon pour Dante dont le vers sévère, réfléchi, catiigatus ad unguem, peut le subir avec honneur ; mais il ne saurait l'être, ap- pliqué peut-être à d'autres poètes, par exemple à la Jérusalem délivrée, qui toute poésie brillante , poésie de luxe , poésie de verve exige une imagination qui se laisse entraîner.

Voilà pourquoi la dernière traduction du Tasse, octave par oc- tave, enfantement laborieux, mais du reste, excellent travail littéraire, n'a pu se défendre de la sécheresse qui résulte de l'excès du poli.

Celle-ci eût sans doute contribué à rendre son ceuvre plus parfaite encore , et le traducteur, quoique très-littéral est resté poétiquement au-dessous de Wright, précisément parce qu'il a laissé de côté la difficulté de la rime. Half-way upon the journey of our lifc, 1 found myself within a gloomy wood, By reason that the path direct was lost. But of the good to speak vhich there 1 found. I cannot how I entered there recal ; I was so full of slumber at the time At which I had abandoned the true way: Bat when I was arrived at the hill's foot, At that part where the valley terroinated, Which with affright had pierced me to the heart, Upwards 1 looked, and I ils shoulders saw Already clad with rays of that bright orb, Which guides us faithfully on every way, Then was the terror for a season stilled, Which in the hoilow of my heart had dweU Throughout the night which I in surh grief passed: And as a man who with exhausted breath F roui forth the océan to the shorc escaped, Turns round to gaze upon the perilous sea ; So too my spirit, which still fled away, With backward glances turned to view the track, Which yct no person ever left alive.

Afler I had reposed my weary frame, Over that désert place 1 look my way, So that the flrm foot ever lower was: Before my sight she never ceased to bc: And even on my way so hindered me, That many limes I turned round lo go back.

Il was the season of the early morn, The sun was rising in the self-same stars That were with him what Unie the Love Dhine First into motion called those shining ones: And thus there was a ground for me to hope, In the gay raiment of that animal, The hour of day, and gracious time of yoar; Yet not so but that fllled me with affright Tbe vision of a Lion which appeared: It scemed as If upon me he advaneed Wilh uplifl head,and such a hungry rage As scemed lo teriïfy the very air.

She laid upon me sueh a troublous load Of terror, w hidr sprung from tbe sight of her. Thaï I lost hope of mounling lo the heights.

And as a man on acquisition lient. She drove me back to where thc sun vas mule. Soon as I saw him in that wilderness: Hâve pily on me," lo him 1 exelaimed, " Whale'er thou art, or shade, or tmly man.

M Not a man, a man thoufb once ; Lombards my parents were on either side. And Ihey were bolh by counlry Mantuans. And dosl nol climb the mountain of delight The cause and first beginning of ail joys? Behold the beast lhal forces me to turn, Project me tarai lier, 0 illustrions Sage. For she makes tremble every puise and vein. The créature thaï now makes thee cry for hdp. Will suffer none to pas along her Wly, Bul hinders them, aye, even to their death ;. And bas a nature so depraved and bad, That she can never sate her craving will, But after feeding bungereth the more.

He wU pursue her through the cities ail, Until at lasl be drives ber back to Bell, From whence in hatred she was flrst despattfied.

Now for thy good revolving, I décide That thou shouldsl follow, and be leader I, To guide thee henec through an elernal place; Where thou wilt hear the shriekings of despair.

And see the vexed soûls of tbe former times, Where ail are calling for the second death. Next thou shall vifft those who are content To be in fire, because tbey hope to come. Whenevcr it may be, among tbe blest: Seeing that Emperor who rules above.

Because l was rebellious to bis laws. Wills not that I his city should attain. Hiy empire is through ail, and there he reigns: Wright, le grand pensionné du collège de la Madeleine d'Oxford , a traduit tercet par tercet, mais à deux rimes seulement ; le premier et le treizième vers riment ensemble, et le second du tercet supérieur rime avec le second du tercet inférieur, et ainsi de suite.

Wright, comme traducteur, occupe une place d'élite à côté du Virgile de Dryden, et de 1 Homère de Pope. The further bank had Nessus scarcely gained, 1 When ve began our journey through a wood, Which not a trace of any path contained. No verdant leaves, but of a dusky hue ; No polished boughs, but knotted, coarse, and rude; No fruits Mère there, but thorns with poison grew: Nor by the beasts that spurn the cultured ground, 7 Are stocks so rugged, or such tangled trees Betwixt Cecina and Corneto found.

Here the foui Harpies build their nesls, by whom Thc Trojans were expelled the Strophades, With mournful augury of ills to corne. Broad wings, a human neck and face they bear, 13 Clawed feet, and feathered paunch: And in it still are destined to abide, Till we arrive wilhin the sandy plain.

Wherefore observe;-— for tbings jrlH meet thinc eve, Whence confirmation will my words obtain. I do believe ne fancied tbat I tbought Thèse numerous cries were from the thicket sent By some who from our view concealment sought: Werefore the master llidi "Let but a shoot From any of thèse trees by thee be rent, It will al once thy présent thoughts confute.

Dwclls not a spark of pity in thy soul? Once were we roen,— now stunted trees behold: Thy hand to pity well might have inclined, Did this rough bark the soûls of snakes enfold. If I should haply my discourse prolong. My olfiee high so vell did I sustain, E'en slcep vas banished, life itself destroyed.

And if you e"er regain the light of heaven, Let honour to my memory be restored, Still suffering from the blov by envy given. But speak — and if it please thee, ask him more. When the tierce soul doth from the hody bound, Ry self inflicted violence estranged, Minos assigna it to this seventh round.

Like others, we shall seek oui- mortal clay Rut nonc again their bedies may résume; Man raerits not the boon he throws away: For we shall drag them to thîs mournful glade; Here to be hung around will be our doom — Each on the thorn of his tormented shade. On him, who crouching in the brushwood lay, They fixed their teeth ; and baving piecemeal vent. Carried the misérable limbs away. Me by the band the faithful leader bore.

And guided to the tree, winch vainly sent Unceasing tears from many a bleeding pore. In thy unhallowed life what part had 1 1 " My guide exclaimed, when nearer him we stood; " Say who wast thou, who breathest, as I see, From out so many porcs words mixed with blood?

Avant tout, je demande grâce à leurs littérateurs et à la nation allemande, étranger qui n'ai Jamais habité leur pays, si j'ose me poser comme censeur ou pa- négyriste de leurs ouvrages; mais nos longues études sérieuses, commencées dès notre jeunesse sur cette langue pourront peut-être rendre excusable notre témérité.

Parmi les traductions allemandes on rencontre celle de Bachenschwanz impri- mée à Leipsick, celle de Ludwig Kannegieser en terza rima, et d'autres antérieures assez généralement tenues pour médiocres.

De nos jours se présente celle de Philaléthès. Le vers teiuUo a donné un grand avantage a railleur pour se rapprocher de la liltéralilé, des tours, des hardies- ses du poêle. Il fallait tout son courage, son talent , son savoir, sa persévérance pour se mesurer à un géant tel que Dante.

On sent quel lourd fardeau on porte, en ne s'occupant même du poète que comme poète, et à plus forte raison quand on cherche à l'approfondir dans ses élémens allégoriques, théologiques, politiques, scientifiques, historiques, littéraires; et tout cela à travers les diverses écoles de philosophie, matériaux accumulés dans une élaboration savante.

Le traducteur al- lemand atlaque corps à corps son rival, comme Hercule Carus; il l'étreint dans les replis de son intelligence, le serre, le presse, le pèse vers par vers, mot par mot, car à défaut de cette tactique, qui est la vraie, le poète glisse , fuit et vous échappe. Philalétlus est resté fidèle à son principe de traduction: En fait de tra - ducteurs en vers de Dante on n'a rien à opposer à Philaléthès ni à Wright. Ces travaux importants et tout à fait neufs n'ont point échappé à Balbo, ni à Missirini Viia di Dante.

Si au lieu du vers sciolto l'auteur eût suivi en allemand le système de la terza rima de Dante, sa traduction n'aurait-elle pas acquis quelque chose de plus sans perdre de sa littéralité, quoique le mérite en soit déjà grand? La langue allemande si savante, si poétique, si souple, si sonore n'eût-elle pas ajouté quelque chose de plus progressif à son génie, déjà si développé.

Nous devons croire que des considérations philosophiques, que ne peut pas toujours ap- précier quiconque n'est pas né et n'a pas été élevé dans une langue, détermi- nent l'écrivain dont elle est la langue maternelle quand, pour interpréter un poète, il adopte ou rejette la rime, et sur ce l'on ne peut que respecter son opinion. Nous nous permettons de citer ici le Chant 27 du Purgatoire pour donner une idée de la traduction de Philaléthès aux personnes qui entendent l'allemand.

Wie Jener ist, der in das Grab gelegt mird. Ich streckte mich, verscbrànkend meine Hânde. Und blickt' auf s Feuer, lebhaft micb erinnernd 18 Verbrannter einst geseh'ner Menscbenkôrper. Da wandten sich nach mir die guten Fûhrer, Und zn rair sprach Virgil: Als er mich immer noeh so fest und starr sah, Sprach er etwas bcwegt: Das Haupt d'rob schûttelnd.

Dann trat er vor mir her hinein in's Feuer. S t a t i u s ersurhend, hinter mir zu gehen, 48 Der erst getrennt uns hatt' auf langer Strecke. Gleichwie bei'm Wiederkâun geduldig liegen Die Geisen, welche rasch und dreist erst waren 78 Auf Bergesgipfeln, eh' sie sich gesâttigt, Still in dera Schatten, weil die Sonne gliihet, Bewahrt wom Hirten, der, auf seinen Stecken Gelehnet, ruht und so gelehnt sie hûtet, Und wie der Schâfcr, wenn er auswàrts herbcrgt, Vor seiner Heerde ruhig ûbernachtet, 84 Wach' baltend, dafs kein Raubthier sie zerstreue, Gleich ihnen waren aile Drei wir jctzo, lch gleich der Geis, und Jene gleich dem Hirten, Und beider Seits hielt uns der Fels umschrânket.

Von Dem, vu draussen, war hier wenig sichtbar ; Dooh durch diefs Wenigc sah ich die Sterne 90 Weit leuchtender und grôsser als gewôhnlich, So d'rûber brûtend und nach Jenen schauend, Ward ich wom Schlaf erfasst, vom Schlaf, der oftmals Vor der Begebcnheit schon hat die Kunde. In iener Stunde, glaub' ich, vo von Osten Zuerst den Berg bestrahltc C y t h e r e a, 96 Die stets zu glûhen scheint von Liebesflammen, War mir's, als sah' ich jung und schôn im Traume Ein Weib auf einem Plane sich ergehen, Das Blumen pflûckt' und singend sprach die Worte: L'Anthologie russe de a cité l'épisode d'Ugolin traduit par Streekfuss en tercets.

Hillerand, an- cien étudiant de l'Université de Giessen et de celle de Heidelberg, a soutenu une double thèse en Sorbonne pour le Doctorat, l'une en latin, de Sacro apud Chri- stianos Carminé, Dante, Milton et Klopstock. L'autre en français, Dino Compagni étude historique et littéraire Journal des Débats juillet Dans cette même antho- logie que nous avons citée, le 2Î et le Nous devons la communication de cette note à notre ami M. De Porry de Marseille qui très-versé dans la langue russe, dont il a tra- duit quelques poètes, peut juger du mérite des auteurs dont la langue lui est aussi familière que la langue italienne , témoin ses amours chevaleresques et ton an- thologie, les fU urs de la littérature russe.

L'Espagne moderne n'a rien mis au jour sur Dante, si ce n'est une traduction ancienne de Villegas peu répandue. Dans un ouvrage du professeur Cambouliu intitulé Essai sur l'histoire de la littérature catalane, il s'y trouve un fragment de Dante traduit en cette langue.

Codex et Éditions modernes de Dante. La bibliothèque des bénédictins de Cutané possède aussi un Codex manuscrit de la Divine Comédie et qui n'est point connu hors du pays. Le père Délia Mara a fait là dessus un travail important encore inédit, et dont nous avons une copie. Il y relève les erreurs , les omissions de vers qu'on y rencontre de temps en temps, mais il s'y trouve néanmoins la plupart des bonnes variantes admises dans les éditions les plus correctes. Les pères Torna- bene et Caflîci ont publié sur ce Codex diverses observations qui ont été insérées dans les actes de l'Académie de Catane.

Le Paradis n'a qu'un chant. Le manuscrit n'a jamais été terminé, le pa- pier y reste en blanc et rayé. On doit distinguer parmi les éditions de Dante en Italie celle que sous la di- rection de M. Nistri, libraire à Pise, a publiée avec les com- mentaires de Francesco Buti, ouvrage d'une belle exécution, et précieux par l'ex- cellence et l'étendue des matières, et la correction typographique.

Les commentaires des vingt-quatre chants du Paradis, attribués à Pétrar- que, récemment découverts et édités à Florence par M. Palermo, bibliothécaire du palais Pitli. En France, la nouvelle édition de Dante, traduction en prose de Pier Angelo Fiorentino, avec des illustrations, publiée par M. Hachette, magnifique publication à laquelle nous nous plaisons à rendre l'éloge qui lui est du, ainsi qu'à l'éditeur et au traducteur dont nous avons déjà parlé.

Une grande querelle s'émut en Allemagne, du temps de Rabner, pour décider si I on devait rejeter ou conserver la rime dans la poésie; la discussion fut vive et soutenue par les plus grands écrivains de l'époque. L'illustre Satirique avait même composé , contre les ëtoufleurs de la rime , une pièce de vers pour faire sentir à ses compatriotes la nécessité de la conserver. Klopstock parut plus tard, et son génie montra que le vers sciolto pouvait avoir son droit de cité sur le Par- nasse, comme aurait dit Bodmer: Auch sciolti kônnen sich auf den Parnassus schwingen ; mais malgré le génie de Klopstock la rime a été généralement conservée.

Une dis- cussion de ce genre eut également lieu en Angleterre du temps de Roscommon. II était, lui, pour la proscription de la rime, et Mi II on, en publiant le Paradis perdu, sanctionna le triomphe du sciolto.

Ce qu'on ne peut nier c'est que ce vers se soutient admirablement en Allemand , en Italien, en Anglais. Il est dans le génie de ces langues comme la rime n'est pas dans celui de la langue grecque, ni de la langue latine, ni de l'hébraïque. Les cantiques de David, Job, Isaïe, Jérémie, et la plupart des autres livres saints, sont-ils autre chose que des vers scioltiï On croit , on a cru jusqu'aujourd'hui que le vers blanc, ou sciolto, ne pourrait pas se soutenir dans la poésie française, et pourquoi non?

A des époques assez distantes l'une de l'autre on avait tenté en France une réforme dans l'orthographe. Les innovateurs ne purent réussir dans leurs bizarres prétentions: Cette réforme fut et est tenue non-seuleiwnt comme absurde, mais encore comme impossible.

MINAIKK Sous Duclos, sous Voltaire on revint encore à la charge dans le sens do li pre- rnière innovation, mais on ne put y gagner, malgré quelques ouvrages lancés dans le public, qu'un léger bien-être linguistique, oculaire, auriculaire, ou oral. Jadis, quand un homme vous venait rmhraxsrr avec joie, Il fallait le payer de la même monnoie.

Ce qui avait fait dire à un barbier du pays latin qui pour enseigne avait pris une oie qui rasait: Les roots devinrent plus tard la monnaie du langage. François, au dire de Voltaire, ne devait pas être confondu avec le Français, et VA fut substitué à 10 en certains substantifs, ainsi qu'aux imparfaits et aux conditionnels; innovation, à la quelle, pour ces derniers, les typographes modernes ne se conforment pas toujours; et qui pourrait rendre raison de leur caprice!

L'introduction du seiolto essayée aussi à cette époque par Voltaire, et autres ne put pas mieux réussir; c'est que le classique se maintenait dans son éclat, et son vers, osons le dire, dans son impoétique monotonie, et nul n'osait ce qu'ont osé plus tard nos poètes modernes , l'affranchir d'une partie de ses entraves, dé- chirer les langes qui l'étreignaient et l'empêchaient de se dresser indépendant, de toute, et au delà de sa fiauleur.

Le néologisme de Louis quinze, et du règne suivant ne le dominait pas encore; c'est que la langue, quoique belle, n'était pas encore assez mûre, et qu'il fallait qu'elle montât encore. Un homme de génie fait autorité quand il ose; on s'incline devant lui, on respecte son opinion, il devient le modérateur de son siècle, on l'écoute, on l'i- mite, on l'adopte. Si Chatcaubriant, Lamennais, ou tout autre assez influent par son génie et ses écrits, au lieu de traduire mot pour mot l'un Milton, l'autre Dante, eussent essayé le vers seiolto en conservant, ce qui est facile, l'énergie, le poé- tique, et surtout l'harmonie du vers, ils eussent, je n'en doute pas, fait une ré- volution dans le langage français poétique monté aujourd'hui à une haute transfor- mation.

La poésie n'est pas toute dans la rime, elle est dans les pensées, les fi- gures, les tours, le style, le rhythme. L'enjambement de l'ancienne poésie redevenu aujourd'hui ce qu'il fut depuis que quelques poètes modernes ont commencé de le reproduire avec succès, quel- ques uns avec précaution et d'autres avec la fougue de leur génie ; ces construc- tions hardies que Ronsard avait extorquées à la langue latine, ainsi qu'à celle des Hellènes, mais en vain parce qu'il allait trop loin et qu'il manquait de goût; Racine, qui écrivait avec plus d'art, de tact, de délicatesse, a fini par les faire passer, et nos auteurs modernes les ont encore fait progresser.

L'hémistiche de rigueur, dédaigné aujourd'hui comme trop monotone, les licences poétiques plus 42 DISCOURS PRÉLIMINAIRE larges, plus Hères; le laisser-aller, l'indifférence, les irrégularités dans les rimes, leur omission , permettent au vers toute son audace, l'abandonnent à sa facile pente, à son harmonie, qui est tout à fait indépendante de la rime, mais qui n'a pas cependant le musical, le charme, la grâce du vers rimé.

Les uns y voient une langue nouvelle et bizarre, une dégénérescence flagrante, et vocifèrent même contre elle la fameuse clameur de Haro de Mézéray le normand.

D'autres, et peut-être avec raison, le tiennent pour un perfectionnement , si toutefois on ne pousse pas l'innovation trop loin ; si l'on ménage avec art ces métaphores que qualifie d'empanachées Victor Hugo , qui nous apparait au milieu de nos poètes comme le Jupiter Fulgurator du néologisme.

Dans la pièce suivante d'un poète mo- derne, reproduite avec éloge par quelques journaux français, les vers que sont-ils si non des vers sciold , poétiques et très-poétiques.

Au lieu de les écrire com- me des vers de dix syllabes et dans les quels l'auteur a déplacé l'hémistiche qui devait être à la quatrième, et qu'il a annulé en fesant deux vers de cinq syl- labes, écrivez-les comme des vers de cinq, ce qu'ils sont en effet, qu'aurez-vous sinon des vers sciolti soit que vous leur donniez cinq ou dix syllabe?.

C'est à toi cher fils, Toi qui fais revivre Un nom si cruel Et si doux pour moi, A toi que je veux Dédier ce livre etc. Écrire désormais en français en vers sciolti devient et deviendra possible avec le temps et avec la langue actuelle. Traduire des vers sciolti en vers identiques, en composer, qu'on l'essaie, d'accord, bien, on peut y réussir, nous le pensons, sur- tout si l'on a une autorité, un génie transcendants pour les faire passer. Mais pour un poème rimé , la traduction qui rimera, acquerra toujours quelques beautés de plus et se rapprochera davantage de l'original sous tous les rapports: Et si l'on me passe cette comparaison, ou plutôt ce rappro- chement, c'est dans le groupe du Laocoon antique qu'il faut étudier le Laocoon de Virgile, et celui de Virgile dans le Laocoon antique.

Que sont devenus aujourd'hui cette critique d'alors sérieuse, sévère même, si l'on veut, mais toujours judicieuse, impartiale, vraie? Ces élo- ges toujours accordés au mérite, mais au mérite réel? Le temps a fait justice de la traduction d'Artaud de Montor, et surtout de son histoire de Dante Alighieri, re- gardée en Italie comme un prolisso centone a mosaica gonfktfo di cose estra- nee Note de la traduction du livre de la Monarchie. Je n'affirme rien par moi-même, je ne fais que rapporter l'opinion des é ru- dits italiens.

Antoni Deschamps a traduit en vers une quinzaine de Chants choi- sis dans les trois poèmes, parmi lesquels le 5. C'est par son livre qu'on a commencé en France à lire et apprécier mieux Dante.

A-t-il bien su éviter dans sa traduction cette poésie courtisanesque con- tre laquelle il dit dans sa préface qu'on doit se tenir en garde? Les illustrateurs de Dante ne sauraient lui être trop reconnaissants de son travail. Sébastien Rhéal, très-versé d'ailleurs dans les choses de l'Italie, et connu par d'autres ouvrages, a traduit Dante comme on écrit un Roman ; Dante, dont la poésie est toujours grave, majestueuse, sonore, il a voulu en faire un livre agréable à lire.

La traduction de M. A roux, jugée au point de vue de la poétique, est un mé- lange de vers désordonnés, tantôt à rimes plates, tantôt à rimes croisées, ou li- bres ; sans compter que l'auteur s'embarrasse quelquefois fort peu de l'intelli- gence du texte. On regrette de voir tant de science car M. Les Saints du Paradis devenus des Rose-croix, des che- valiers Kadosh, des Noachiles ou chevaliers prussiens, descendants de Phaleg pe- tit-fils de Noé, grand architecte de la Tour de Babel; puis viennent les quinze Élus, les grands Élus, le grand Maître et le Paradis lui-même, le temple, le Sanc- tuaire de l'ordre occulte.

Aroux, votre livre prouve trop, comme on l'a déjà dit. Puis brochant sur le tout vient lhéréticilé de Dante démontrée, mais démon- trée contre l'évidence. Cette accusation d'héréticité étonnera moins quand on ré- fléchira qu'elle était devenue jadis une accusation banale.

Jérôme a entaché d'héréticité Eusèbe le célèbre et savant évêque de Césarée dont il était l'ennemi déclaré: Eusebitim doclUtimum, doclimmwn dico y sed non caiholicum, reproche dont on l'a pleinement justifié de nos jours, et quelques siècles plus tard l'encomiaste de la folie ne se raillait-il pas facétieusement de ces bénévoles censeurs qui, n'osant ni!

Si comme lecture d'agrément elle est nulle, c'est la faute du système; mais ce mélange de Néologis- mes, d'Archaïsmes, ces constructions inverses quand le texte ne les porte pas, ces inversions, qui ne sont pas littéralement reproduites, ne font de cet ouvrage qu'une simple étude d'auteur sur un grand poète que le traducteur a défiguré plus d'une fois: L'introduction écrite en style mâle, vigoureux , le style de l'Indifférence en matière de religion, a substitué la félonie à la foi; on y sent le Tertullien mo- derne à qui une ambition avortée a fait prendre le bonnet phrygien: Brizcux a traduit en prose littéralement, et exposé d'une manière claire, lu- cide les pensées les plus enchevêtrées de Dante, mais d'un style un peu froid.

Moris, prose fidèle, coulante, poétique, correcte. Ménars membre de l'ins- titut, tout en rendant justice au mérite de ceux qui l'ont précédé a dit, dans sa préface, une rhose bien vraie: La sienne d'un style large, facile, harmonieux ne nous parait point inférieure en mérite à la précédente. De Mongis a traduit les trois poèmes en vers, à rimes plates; M. Ratis- bonne, dont la traduction a été couronnée et récompensée par l'Académie fran- çaise, a traduit aussi les trois poèmes en vers en adoptant le tercet français, mais non la terza rima de Dante.

Qui dit en Italien terzina dit triple rime, tandis que le tercet français n'a, dans notre langue, que deux rimes diversement combinées. Si l'on nous demande, où trouve-t-on en France les véritables interprètes de la pensée et du génie de Dante? Mais si l'esprit de Dieu est dans le petit oiseau qui chante et qui voltige, nous ajouterons, en continuant et en para- phrasant cette pensée de Nodier: Dante au moyen âge qui, ayant puisé à des sources apo- cryphes ou peu limpides, le mutile, le déchire, le tue.

Je ne puis terminer cette énumération de traducteurs sans tourher quelques mots d'une question déjà mise en avant par Balbo, dans la vie de Dante, et qui sera comme le complément de ce qui précède. Si les étrangers avaient un Dante, il - y a long-temps que de tels travaux seraient exécutés. Plan magni- fique pour ne nous occuper que de cette dernière partie , ouvrage immense dont les matériaux épars se réuniraient avec le temps et quelque peine, et dont beau- coup d'autres pourraient encore surgir en Europe, des diverses écoles de pein- ture, attendu qu'aujourd'hui on peut dire de Dante que sa réputation est totum vulgata per orbem ; ouvrage qu'un gouvernement seul, ou une association de li- braires riches, pourrait réaliser avec le concours des artistes qu'on trouve en ce moment en Italie; ouvrage dont l'exécution est possible et qui ferait honneur au- tant à l'Italie qu'au siècle actuel, si par une souscription générale on 'élevait à la gloire du grand poète comme Musée iconographique Dantesque.

Indépendamment de la nouvelle édition que vient d'annoncer la commission établie pour la construction de la Loggia dei Lanzi à Florence, voici, je pense, sur quel plan on pourrait développer l'idée émise par Balbo. Dans cet ouvrage de luxe figurerait une vie de Dante dégagée de tontes les absurdités et les inepties qui la déparent; un texte correct établi par une réu- nion d'Académies, et définitivement fixé ; un choix de commentaires des notes lit- téraires, historiques et scientifiques.

Les portraits de Dante dans les divers âges de sa vie, les médailles an- ciennes qui le reproduisent, parmi lesquelles celle du cabinet impérial de Vienne, mentionnée par Apostolo Zeno; celle de Put in atti; celles qui ont été publiées par Mazurhclli ; dans l'une Dante s'y trouve accompagné de Pétrarque et de Virgile. Le masque de Dante moulé sur sa figure dit-on après sa mort. Le portrait de Réatrix reconnu comme ouvrage authentique de , décou- vert et public par Missirini.

Le buste exécuté par Baccio Valori en Les sujets des diverses compositions anciennes prises dans la Divine Tri- logie. Il est étonnant, dit Missirini, che qucgli argomenli, tanto bene significcUi c modellali da Dante, non sténo alati da vatente Scultorc nel marmo eseguiti; per- ché non sapremo abbastanza sospingere i valorosi nostri artiali ad ornarsi di quesla opéra per loro gloria e per vantaggio delta morale.

Les deux fresques du Vatican de Raphaël, l'une le Parnasse, l'autre la Dispute des Docteurs où Dante est mis en scène. Les gravures de Bacrio Baldini ciseleur Florentin , exécutées il' après les dessins de Sandro Bouicelli, ornement de l'édition de , de JVt- colô delta Magna, première édition de Dante à Florence, le second livre qui fut orné de planches sur cuivre ; puis celles de Poccettii celles de Vincenzo Bor- ghini, qui empruntait à Dante son Lucifer; de Paolo Farinata degli Uberti pein- tre florentin qui peignait à Vérone des fresques dont les sujets sont tirés de l'en- fer ; les divers sujets traités par Dall'Acqua, Alessandri, etc.

Les dessins de Michel-Ange, dont les sujets étaient pris dans la Divine Comédie, sont une perte irréparable pour les arts et pour la science; peut-être un jour quelque génie transcendant pourra nous en donner quelque compensation; en attendant réunis- sons aujourd'hui tout ce qui pourra rehausser le génie de Dante et nous éclai- rer pour l'intelligence du poète.

De Vernon avait, dit-on, commencé un recueil de ce genre, mais son travail est resté inédit ; c'est lui qui a reproduit le masque de Dante, lithographie dans plusieurs éditions.

En suivant les progrès de la peinture, on rencontrerait les compositions du seiaième siècle qui, par l'histoire sainte, l'histoire profane, ou la mythologie, tien- nent à la Divine Comédie, ou qui se rattachent à l'art antique. La Niobé mourante, par exemple ; la Veuve aux pieds de Trajan, bas-reliefs de l'antiquité.

Le tableau de l'Anonciation , de Giotto, fait sur la description de Dante, ou Dante le reproduisant d'après Giotto, car Dante excellait non-seulement à inventer, à esquisser un sujet, et mieux que personne il a identifié la philosophie et la poésie à la peinture graphique des choses, aussi bien que l'ont fait plus tard Poussin et Mengs à l'aide des couleurs et du pinceau, l'un comme peintre philosophe , l'autre comme peintre littérateur. En continuant notre énumération nous rencontrons: Raphaël, en face de Dante, dans la vision d'Ézéchiel; Rubens dans la mort de Cyrus: Moatrava la ruina e 'l crudo scempio, Che fe' Tamiri quando diste a Cira Sangue aiaitti ed io di mngue t'empio, fait apocryphe, il est vrai , mais qui n'en a pas moins produit de beaux vers et de belles peintures.

Mais qui nous dira pourquoi Dante a préféré suivre Hérodote plutôt que Zénophon et Cicéron, qui font mourir tranquillement Cyrus dans son lit, rappelant à ses enfants l'immortalité de l'âme et leur recommandant de dépo- ser son corps dans la terre. Vedea colui che fu nobil creato Prît d'altra creaturo, giii del cielo Folgoreggiando scendere da un lato.

Vedea Briareo fitlo dal lelo Celestial giacer dalïallra parie Grave alla terra per lo mortal gelo. Quels extrêmes le seizième siècle réunit, quels génies en présence , Ovide et Dante ont décrit, Jules Romain les traduit par le pinceau, les développe, les explique. On pourrait étendre plus loin ces recherches et ces rapprochements, le Musée Dantesque est bien autrement intéréssant que le Musée de la nouvelle cité de Carlhage, le bouclier d'Hercule, d'Achille ou d'Énée.

Là se grouperaient encore les belles compositions de Sadler, et autres gravu- res anciennes; puis les compositions modernes: Les gra- vures d'un ouvrage en font souvent mieux entendre le texte que les traducteurs et les commentateurs.

Les peintres modernes fourniraient aussi leur contingent au monument iconographique dantesque. La mort d'Ugolin, et autres sujets de la Divine Comédie sont sortis de plusieurs pinceaux, et formeraient un commence- ment de peintures dantesques comparées. Délia Vallc de Livonrne, Béatrix montrant à Dante le siège vacant d'Henri VII dans le Paradis, surmonté d'une- couronne, dans les contours les emblèmes des sciences, et des lettres, les blasons des villes de l'Ita- lie, les sujets de Farinata, de Sordello, de Manfredi etc.

Les belles compositions des peintres français embelliraient aussi cette édition: Delacroix par cette peinture vigoureuse où le rude Caron passe dans la barque Dante et Virgile, au milieu des ombres qui les assiègent. Ingres par sa Franecsca de Rimini lisant avec Paul les aventures de Lancdot. J'en terminerai avec Schefler par cette note de Lenormand Correspondant 25 Juillet Dante est un rude jouteur pour Schefler; il suffit de voir comment il a rendu la tête puissante du florentin.

Cette grande forme du génie, tourne sous son crayon à la vieillesse efféminée , mais il comprend Béatrix , il sait aussi répandre un souffle d'amour et d'ineffable tristesse sur ce tourbillon infernal dans lequel Françoise de Rimini passe avec son amant.

Ce dernier ouvrage, une de ses compositions les plus re- marquables, a étonnamment gagné dans la répétition qu'il a faite de ce sujet Le mouvement des ligures est le même , l'expression n'a rien perdu de sa douleur pénétrante, et les corps qui roulent dans l'ombre ont acquis une réalité qui ajoute à l'effet de la scène pour la première fois, peut-être, c'est de la chair qui pal- pite sous le pinceau, presque toujours exclusif, de la pensée.

Météores intellectuels, apparus à cinq cents ans de distance l'un de l'autre, Dante et Klopstock forment les deux extrêmes de la pléiade des grands poètes de à Malgré sa vétusté réelle Dante n'a pas de décadence commencée, ni prochaine , ni possible ; il est pour notre âge bien au-dessus de ce qu'il fut pour ses contemporains; colosse, prodige, miracle de l'intelligence humaine, ii rayonne au milieu de nous, toujours jeune de gloire et d'immortalité.

Son triple poème nons semble un défi jeté aux siècles à venir , un monde abandonné aux investigations, aux disputes de la science. Cependant point de comparaison possible entre ces deux poèmes. L'invention, le plan, les acteurs, l'exécution, rien de l'un ne ressemble à l'autre: On ne saurait en dire autant de Klopstock: Il fut, tour-à-tour, soldat, ambassadeur, prieur de la République de Flo- rence.

Rejeton d'une famille illustre, il naquit à Florence pendant l'exil de son père ; il mourut lui-même dans l'exil, et l'enfer, selon l'expression de Madame de Staël, s'offrait à lui sous les couleurs de l'exil. Dante que d'obscurs poètes, ou plutôt des poètes nuls, avaient précédé, a fondé la première nationalité de l'Italie du Mont-Cénis au Mont Etna, par la créa- tion d'une langue et d'un poème tout à lui comme à elle. Son vers, physionomie de son âme, calme, grave, sévère, énergique, incisif, se plie à tous les caprices, à toutes les exigences de son imagination ; harmonieusement simple , noble , il s'abaisse à la familiarité la plus naïve, et s'élève quelquefois au sublime.

Vivante encyclopédie de la science des générations mortes, légendaire de toutes les époques, croyant éf lairé, profond, vrai, Dante fait retentir sa lyre sous les mftles inspirations de l'austère philosophie devenue ancilla théologie et si sa verve caustique, sa vertueuse, je dirai presque sa sainte indignation fronde, flétrit, stygmatise tes abus, il respecte sincèrement le principe.

Il descend le lecteur dans tes gouffres des damnés, dans des régions inarbordées qu'il se crée à lui-même, sombres ou enflammées, sanglantes ou fétides, glaciales ou ardentes, sans espoir d'avenir, sans avenir d'espoir, et où F atrocité des peines contre- pèse toujours l'énormité des fautes. Quant aux criti- ques, si tes uns ont, dans leur admiration, atténué, excusé les défauts du Dante, il en est d'autres qui n'ont pas toujours jugé te poète, le philosophe, le citoyen, l'homme d'état, sine ira et odio.

Klopstock naquît de parens pauvres, obscurs, mais son génie te révéla bien- tôt, et l'appelle à vingt ans dans te palais des roi. Là, il s'abandonne à loisir à toutes ses inspirations. Là , sous la splendeur des lambris , environné do silence et de la solitude de la tombe, il évoque devant lui cinq grands siècles éclos après que les morts antiques; il assiste à l'origine, aux progrès, à la décadence des empires, aux luttes politiques et religieuses qui ébranlent, ensanglantent un monde nouveau , et plus tard l'Europe.

Il a vu le dogmatisme schotastique vieilli, usé, renversé par Descartes; de nouvelles écoles philosophiques s élever entre le pan- théisme et l'incrédulité ; des découvertes inattendues succéder an perfectionne- ment des sciences dont elles agrandissent l'horiion. La langue tudesque, si barbare, si âpre, si rude sous ses prédécesseurs, se retrempe , s'épure , s'ennoblit sous sa verve ; elle se poétise et se cadence dans son vers majestueux, tantôt grondant comme l'empire des démons, tantôt mélan- colique comme l'Elysée des peines, ou resplendissant comme le Saint des Saints.

Tous deux théologiens , nos poètes ont abreuvé leur âme à la fontaine bi- blique , à cette langue riche , abondante, harmonieuse, simple et sublime comme la pensée du monde, à cette langue qui croulant avec sa nationalité léguait à sa descendance le monument impérissable de ses annales, et le modèle Tune litté- rature surabondante des inspirations du ciel. Si la mo- deste Béatrix, belle d'attraits, belle de la naïveté du jeune âge, captiva l'âme du Dante, en domina la vie entière par le souvenir d'une affection vive, pure; si l'orgueilleuse Fanny rebuta l'homme-poète, le poète roturier, Klopstock!

Le destin rigoureux à Dante le rappelle, dès le premier seuil de son douziè- me lustre des rives du temps aux rives de l'Éternité qu'il a déjà vues. Les an- goisses, les tortures morales, les déceptions ont brisé sa vie plus que ses poéti- ques veilles. Si l'envie l'obscurcit un instant: Mais, moins heureux que Dante, Klopstock, malgré son double hymen, ne laissa pour toute descendance que la fille de son imagination, sa poé- sie , qui devait lui survivre , comme à Dante la sienne , comme sa Mantinée à Pnisque nous avons mis Klopstock en parallèle avec Dante, nous devons don- ner quelques détails de plus sur ce célèbre poète allemand.

Klopstock sortit des rangs les plus bas du peuple; il vécut dans la misère et la soutint noblement. Le sentiment de son génie le fit, en quelque sorte, renaître de soi-même; il consu- ma sa jeunesse dans les méditations , les extases , les veilles et les travaux ; il se montra de bonne heure ce qu'il était et ce qu'il pourrait devenir ; il tenta le dernier effort de l'esprit humain, et apparut avec une création épique sur la scène de la Germanie renaissante; il consolida l'idiome allemand, fonda une école nationale de poètes, d'où devaient éclorre Goethe et Schiller; enfin il ravit l'ad- miration des savants; il fut traduit dans toutes les langues du Nord, lu dans tou- tes les universités d'Allemagne et de Quedlimbourg , Cbéronée inconnue où il était né en ; il monta à Copenhague dans te palais des rois: La première édition complète de ce poème en vingt chants, parut à Halle en , et la seconde en à Altona.

En , Klopstock fut nommé membre correspondant de l'institut de France, et le 4 mars , il mourut à Altona. Voici les principales traductions publiées , soit pendant la vie de l'auteur , soit après lui: Lewexovius, recteur du collège d'Anclam dans la Haute-Saxe, publia en grec les trois premiers chants, in-a. Louis Neuman, recleur du collège de Horn dans la haute Allemagne, la tra- duisit en prose latine.

L'auteur a jugé à propos de réduire à neuf les dix premiers chants. En , Christian Groonweld a publié en vers hollandais, sous le titre d'Essai, le premier chant du Messie. Cette traduction, offerte à Klopstock, lue en présence de son ami Giacomo Zigno, savant italien, dont nous parlerons plus bas, fut entièrement approuvée par l'auteur de la Messiade.

Le père Sigisfroid Wiser, professeur de philosophie au collège de Levembourg, traduisit en vers latins les dix premiers chants.

Tout ce que Klopstock a de grand et de sublime, a été reproduit dans l'idiome latin. Achever les dix autres chants, lui paraissant une entreprise pénible et longue, il s'associa son frère Otton Wi- ser, également professeur de philosophie a Marbourg dans la Slyrie, et à eux deux, ils achevèrent, en prose très-éloquente, la traduction de Klopstock.

Elle passe en Allemagne pour le plus beau monument littéraire élevé à la gloire du poète. Giacomo Zigno a doté sa patrie d'une traduction en vers italiens, littérale, élégante: Zigno était l'ami de Klopstoek; il nous a laissé sur ses relations avec lui des particularités très-curieuses. Sa traduction devait bien avoir mérité l'assentiment de Klopstoek, puisqu'elle est ajoutée à la suite de l'édition allemande imprimée in Collyer a traduit en anglais, et en prose, les seize premiers chants.

Quatre éditions successives en ont été faites à Londres. Elle est assez littérale en ce qui ne touche point au dogme, mais elle altère Klopstoek quant au fond du poème, n'admettant en J. Klopstoek a toujours désapprouvé cette tra- duction. Meek, autre poète anglais, a continué la traduction de ce poème, mais a jugé à propos de ne pas y comprendre le Etton, auteur de divers ouvrages, a produit une traduction en vers anglais sciolti, qui, Adèle en tout à son modèle, est infiniment supérieure à celle de Collyer.

L'Italie s'est depuis quelques années enrichie de divers travaux sur la Mes- siade. L'Abbé Pensa de Milan a publié, en , une traduction en vers êcioltù littérale, il est vrai, et préférable de beaucoup à celle de Zigno, mais peu poéti- que.

Le chevalier Andréa MafTei a fait regretter que les fragments de la Nesxiadc qu'on connaît de lui, n'aient pas été suivis d'un plus ample travail. Le savant et laborieux Cereselto a légué naguère à la littérature italienne son admirable interprétation des vingt chants de la Mtuiade en vers scioUi. Je ne sache pas qu'on ait traduit, ni peut-être même introduit, la Meuiade en Espagne.

Sa traduction est, jusqu'aujourd'hui, ce qu'il y a en France de mieux et de plus complet sur le poème de Klopstoek, mais ce n'est pas encore Klopstoek. Si madame la baronne a voulu écrire pour être lue des gens du monde, elle y a réussi: Le style de Klopstoek, selon la belle expression de Bertôla, elevaUmmo camina.

Or, je demande si ce ton élevé domine dans la traduction de madame de CarlowHz. Si elle a écrit, où prétendu écrire, pour faire entendre le texte, pourquoi paraphraser, ajouter ce qui n'est pas , retrancher ce qui est, même quelquefois jusqu'à quinze et vingt vers de suite. Alexan- dre tenait à Homère ; quelle humeur belligérante!

Louis XII lisait habituelle- ment les offices de Cicéron: Voltaire avait fait son vade-mecum des Provinciales de Pascal: Dans ces traducteurs dont nous venons de parler, Dieu, sans doute, y ré- side bien comme dans Klopstock, mais il n'y respire point de la même manière. Non, nous n'entendons point de sa bouche profonde Eclater celte voix créatrice du monde. De tous ceux qui ont jugé ce poète, Bertôla est celui qui l'a le mieux apprécié: Madame de Staël, dans son ouvrage sur l'Allemagne, prétend que peu de Fran çais entendent l'allemand: Racine et Corneille, ajoute-t-elle, ne l'auraient pas traduit!

Cette opinion me parait très-hasardée: Le Messie s'avance vers les tombeaux, et délivre Somma qui était possédé du démon. Unten am milternlchtlichen Bergen waren dite Grâber In zuzammcngebirgte zerrùtete Felsen gehauen. Samma, so biess der besessene Mann, lag neben dem Grabo Seines jûngsten geliebteren Sohns in klâglicher Ohnmachl.

Satan Hess ihm die Ruh; ihn desto ergrimmter zu quâlcn. Jenen todten, den der Vater beweinf und der Brader. So rief der kleinc geliebte Benoni , Und entflohe der Mutter Arm, die angstlich ihm nachlief; Ach mein Vater, umarme mich doch! Der Vater umfassct ihn, bcbet! Da mit kindlicher Inbrunst nun der Knabe ihn umarmte, Da er mit sanft liebkosendem L u hein ihn jugendlich ansah , Warf Hin der Vater an emen entgegenstehenden Felsen, Dass sein zartes Gehira an blutigen Steinen berabrann, Und mit leisem Bôcheln entfloh die Seele voll Unschuld.

Jetzo klagt er ihn trostlos, untf fasst das kalte Behittniss Semer Gebeine mit stcrbendem Arm. Mein Sohn , Benoni! Ach Benoni, mein Sohn! So sagt er und jammemde Thrânen Stûrzen vom ange, das hricht; und langsamstarrend dahinstirbt.

Also lag er beklommen von Angst, da der Mittler hinabkam. Satan batte bisher aus der Fem nur Samma gepeinigt. Aus den tiefsten entlegensten Enden des nâchtlichen Grabmahls Standt' er langsame Plagen hervor.

Samma spraug auf, dann fiel obnmachtig von neuem er nieder- Sein erschûtteter Geist, er rang noch kaum mit dem Tode! Riss ihn, von dem môdrischen Feind' cmpôret zum Unsin, Felsen an. Aber du warest scbon da, schon trug voreilend die Gnade Dein verlassnes Geschôpf auf treuen allmâchtigen Flugeln, Dass er nicht sank. Ihn scbrekte von fera die xommende GottheU. Da erkannte der bange verlassene Samma Seinen Retter.

Jns bleirhe Gesioht voit TodesKestalten Kam die Menschheit zurûck, er scbrie, und weinte gen Himmel; Woltte reden, allein kaum konnt'er, von Freuden erscbûttert, Rebend starameln. Doc h breitet' er sich mit sehnlichen Armen Nach dem Gôttlichen ans, sah mit getrôstetem Auge, Voll Entzùckuug, nach ihm von seinera Felsen herunter.

Jésus descendit de la montagne et s'avança vers les tombeaux. Ils étaient si- tués au nord du mont, taillés à sa base, sans ordre, dans une chaîne de rochers. Un bois épais , où les arbres entrelaçaient et serraient leurs branches tondues , en défendait l'accès aux voyageurs.

Un faible jour éclairait à peine ces lieux som- bres et humides, lorsque le soleil dans l'éclat du midi dardait ses rayons sur Jé- rusalem. Samma c'est le nom de l'infortuné que Satan tourmentait était étendu assoupi, et sans force, auprès du tombeau, et des membres à demi corrompus du plus jeune, du plus aimé de ses AU. Satan ne laissait sommeiller sa rage que pour se réveiller plus terrible encore. Joël, l'aîné des enfants de Samma, assis à côté de son père, élevait à Dieu ses gémisseroens.

Ce fils, ce frère, l'objet de leurs pleurs, était venu vers son père désolé, que Satan, dans sa fureur, torturait et promenait au milieu des tombeaux. Sa mère, cédant à ses pressantes sollicitations, l'y avait amené. Tout-à-coup son père le saisit ; il frémit, et dans l'instant où son ils lui souriait avec une grâce en- fantine, et l'embrassait avec tendresse, il le lance avec force contre un rocher; ses membres se brisent, ensanglantent le sol, volent en éclats, et son âme inno- cente s'enfuit en soupirant.

Samma, plaintif, inconsolable, embrassait de ses mains défaillantes le froid monument où reposaient les restes de son fils.

Tels, quand le char redouté de la vengeance roule dans les nues reten- tissantes , les athées , êtres méprisés , examinent de leurs retraites obscures , si les orages suspendus dans les airs ont cessé de menacer la terre.

Satan n'avait encore tourmenté Sarama que de loin. Ses coups, lents à atteindre, ne partaient que de renfoncement des tombeaux les plus profonds, les plus écartés, les plus obscurs. Tout-à-coup il se lève , s'arme de l'appareil épouvantable de la mort , et se précipite sur Samma.

Samma recule , s'élance , et retombe aussitôt sans force. Tandis qu'égaré , rendu furieux par son cruel ennemi, il lutte péniblement contre la mort, Satan s'acharne sur lui, le transporte sur la cime d'un mont aérien; et là, à tes yeux, ô Juge du monde, il allait le briser contre un rocher pendant en précipice sous ses pas ; Tu parais et soudain prévenu par ta grâce, dont les ailes invisibles le soutiennent, cet infortuné mortel s'arrête sur les bords de l'abîme.

A l'aspect du Messie qui s'avance, Satan s'irrite, frémit et s'épouvante. Jésus jette sur Samma un regard de compassion qui pénètre son âme et ranime ses forces. Samma triste et morne reconnaît son libérateur: Indem ging von dem Versôhner Entsetssen Gegen ihm aus. An dem Blatte Hing ein sterbendes Wùrmchen. Der Gottmensch gab ihm das Leben. Aber mit eben dem Blick sandt' er dir Satan Entsetzen! MILF se doigte, se fait fister et éjaculer dessus après une bonne baise Charlie la fuck machine Due Papà si scambiano le calde figlie adolescenti K visite.

She's sexy, social and sensual. Hey lovers this is lexis i love to squirt all over. Pubblicità di Traffic Junky. Schoolgirl Carla fucked by big dick. Traduci il titolo del video nella tua lingua x. Vuoi aiutare a tradurre Pornhubnella tua lingua? Crea un conto gratis adesso. Suggerisci nuove categorie x. Suggerisci nuove pornostar x. Suggerisci nuova produzione x. Suggerisci nuovi tag x. Condividi con gli amici. Accedi o Registrati ora per scaricare questo video!

Accedi o Registrati ora per aggiungere questo video! Carla love sucked the big dick of his boyfriend 1. Anal Oxana Tasev Chaude promenade pour Oxana Tasev!! Eliza Jane Showing the pussy in public and fucking Tutti i commenti 0 Entra o Registrati ora per lasciare un commento!

Supporto e assistenza Domande frequenti Contatta il servizio di supporto Forum di feedback Mappa del sito. You Are Leaving Pornhub. The page you're trying to access: Non fa parte di Pornhub. Continua verso il sito esterno Vai Indietro. This Link May be Unsafe. The page you are trying to access:

Ralines dans sa bibliografia dantesca, a énuméré toutes les éditions publiées jusques à son époque; elles vont en augmentant du XV. Le nombre en est aujourd'hui indéfini, preuve incontestable de la popularité toujours croissante du vieux père Allighieri.

Laissant de côté tout ce qu'on a écrit sur les traductions des siècles anté- rieurs nous ne nous arrêterons qu'aux principales de ce dernier siècle.

En Angleterre Royd a publié une traduction en prose à Londres, 3 vol. Tarvcr une autre après lui ; elles ont jeté peu d'éclat.

O'Donnel moine irlandais dans les sept ans qu'il est resté à la Yallombreuse do Florence a traduit en prose les trois poèmes, les a dédiés à la jeunesse irlan- daise. Traduire littéralement Dante, dit-il, est une chose moralement impossible jusqu'à un certain point pourtant , paraphraser aurait défiguré l'original , j'ai donc dû tenir un juste milieu. Sa traduction est assez littérale, élégante mais un peu molle, résultat dû au sys- tème qu'il s'était proposé.

Cayley a traduit en vers le Purgatoire seulement. Il a adopté la terzina de Dante, telle que nous l'avons suivie nous-même sauf dans quelques chants voir Parad. Le style de Cayley est plus travaillé que celui de Carry, sa poésie plus soignée, et sa littéralité plus exacte, malgré la dilDculté de la triple rime.

Now hath my intellectual bark to make Full sail, on better waters voyaging. Sweet sapphire hues the Orient overlaid, Aecumulating on the still aspèct Of stainless air, through the llrst orb; which made The hcavens appeared joyous of their sheen!

When I had lookcd from their confronting light, As somewhat toward the other pôle I bore, Where now the Carie his Wain was out of sight ;. The rays of the four hallowed splendors thcrc His countcnanre did with such a lustre crown, I saw him as the sun before me were. Is breach so made in statutes of the deep, Or change of new decrees in heaven enrolled, That damnèd you upon ray bulwarks peep?

Then answered, u Of myself l have not stirred; From heaven came down a lady, at whose prayer My hclp to this man's rescue I conferred. But since it is thy will, we should déclare Of our condition more, its truth to give, My wiil to keep it from thee cannot dare, This man halh never seen the latest eve, But was so near it by his madness led, That littlc space indeed remained to live.

I was commissioned to him, as 1 said, To free him, and no other way could see But this, on vhich 1 have put forth my tread. Ile goes to scck for freedom, freedora dear, 65 As who lays lift' down, knoweth ît to bc. Thou know'st, who disdt not for it think severr Thy death in Utica, which tbere dcfaced The wccd, which yon great day shall shinc so clear.

No laws etcmal aro by us transgrest; 70 For hc is quick, me doth not Minos hold, Nay, but yon circle, where the eyelids chaste Of Marcia dwell, who seemeth as of old Imploring, sacred heart, thine to remain: I will give thanks unto her for thy sake, If to bc mentioned there below thou deign. Sinco now she dwclls beyond that evil river, She can no longer move me, through the laws That, when I parted, were made fast for ever.

If lady ont of heaven theo moves and draws, 85 As thou hast said, no flattery shall need; To ask me by her name approves thy cause.

Go, gird the man then with a Knotless reed, And see to lave his face in such a guise, That from ail reeky smirch it may bc freed. No olher plant, which into foliage grows. Or induratcs, can live within liât pale, By reason of not giving place to hlows. Thcncc by a différent road ye shall not fail To tum; yon rising sun will counsel you By gentler slopos the mountain side to scale. And barkward let us bend, for by this way The mountain slopeth to her confines low. And flee before her, so that on the main.

Far off, marked the trembling sheen to play. Wc plodded through the solitary plain, As those who shall their long-lost way pursue, Who, till they find it, secm to toil in vain. Thcre did he gird me for another's sake. Ce système de traduction est bon pour Dante dont le vers sévère, réfléchi, catiigatus ad unguem, peut le subir avec honneur ; mais il ne saurait l'être, ap- pliqué peut-être à d'autres poètes, par exemple à la Jérusalem délivrée, qui toute poésie brillante , poésie de luxe , poésie de verve exige une imagination qui se laisse entraîner.

Voilà pourquoi la dernière traduction du Tasse, octave par oc- tave, enfantement laborieux, mais du reste, excellent travail littéraire, n'a pu se défendre de la sécheresse qui résulte de l'excès du poli.

Celle-ci eût sans doute contribué à rendre son ceuvre plus parfaite encore , et le traducteur, quoique très-littéral est resté poétiquement au-dessous de Wright, précisément parce qu'il a laissé de côté la difficulté de la rime. Half-way upon the journey of our lifc, 1 found myself within a gloomy wood, By reason that the path direct was lost.

But of the good to speak vhich there 1 found. I cannot how I entered there recal ; I was so full of slumber at the time At which I had abandoned the true way: Bat when I was arrived at the hill's foot, At that part where the valley terroinated, Which with affright had pierced me to the heart, Upwards 1 looked, and I ils shoulders saw Already clad with rays of that bright orb, Which guides us faithfully on every way, Then was the terror for a season stilled, Which in the hoilow of my heart had dweU Throughout the night which I in surh grief passed: And as a man who with exhausted breath F roui forth the océan to the shorc escaped, Turns round to gaze upon the perilous sea ; So too my spirit, which still fled away, With backward glances turned to view the track, Which yct no person ever left alive.

Afler I had reposed my weary frame, Over that désert place 1 look my way, So that the flrm foot ever lower was: Before my sight she never ceased to bc: And even on my way so hindered me, That many limes I turned round lo go back. Il was the season of the early morn, The sun was rising in the self-same stars That were with him what Unie the Love Dhine First into motion called those shining ones: And thus there was a ground for me to hope, In the gay raiment of that animal, The hour of day, and gracious time of yoar; Yet not so but that fllled me with affright Tbe vision of a Lion which appeared: It scemed as If upon me he advaneed Wilh uplifl head,and such a hungry rage As scemed lo teriïfy the very air.

She laid upon me sueh a troublous load Of terror, w hidr sprung from tbe sight of her. Thaï I lost hope of mounling lo the heights. And as a man on acquisition lient. She drove me back to where thc sun vas mule. Soon as I saw him in that wilderness: Hâve pily on me," lo him 1 exelaimed, " Whale'er thou art, or shade, or tmly man. M Not a man, a man thoufb once ; Lombards my parents were on either side. And Ihey were bolh by counlry Mantuans. And dosl nol climb the mountain of delight The cause and first beginning of ail joys?

Behold the beast lhal forces me to turn, Project me tarai lier, 0 illustrions Sage. For she makes tremble every puise and vein. The créature thaï now makes thee cry for hdp. Will suffer none to pas along her Wly, Bul hinders them, aye, even to their death ;. And bas a nature so depraved and bad, That she can never sate her craving will, But after feeding bungereth the more. He wU pursue her through the cities ail, Until at lasl be drives ber back to Bell, From whence in hatred she was flrst despattfied.

Now for thy good revolving, I décide That thou shouldsl follow, and be leader I, To guide thee henec through an elernal place; Where thou wilt hear the shriekings of despair. And see the vexed soûls of tbe former times, Where ail are calling for the second death. Next thou shall vifft those who are content To be in fire, because tbey hope to come. Whenevcr it may be, among tbe blest: Seeing that Emperor who rules above.

Because l was rebellious to bis laws. Wills not that I his city should attain. Hiy empire is through ail, and there he reigns: Wright, le grand pensionné du collège de la Madeleine d'Oxford , a traduit tercet par tercet, mais à deux rimes seulement ; le premier et le treizième vers riment ensemble, et le second du tercet supérieur rime avec le second du tercet inférieur, et ainsi de suite. Wright, comme traducteur, occupe une place d'élite à côté du Virgile de Dryden, et de 1 Homère de Pope.

The further bank had Nessus scarcely gained, 1 When ve began our journey through a wood, Which not a trace of any path contained. No verdant leaves, but of a dusky hue ; No polished boughs, but knotted, coarse, and rude; No fruits Mère there, but thorns with poison grew: Nor by the beasts that spurn the cultured ground, 7 Are stocks so rugged, or such tangled trees Betwixt Cecina and Corneto found.

Here the foui Harpies build their nesls, by whom Thc Trojans were expelled the Strophades, With mournful augury of ills to corne. Broad wings, a human neck and face they bear, 13 Clawed feet, and feathered paunch: And in it still are destined to abide, Till we arrive wilhin the sandy plain. Wherefore observe;-— for tbings jrlH meet thinc eve, Whence confirmation will my words obtain.

I do believe ne fancied tbat I tbought Thèse numerous cries were from the thicket sent By some who from our view concealment sought: Werefore the master llidi "Let but a shoot From any of thèse trees by thee be rent, It will al once thy présent thoughts confute. Dwclls not a spark of pity in thy soul?

Once were we roen,— now stunted trees behold: Thy hand to pity well might have inclined, Did this rough bark the soûls of snakes enfold.

If I should haply my discourse prolong. My olfiee high so vell did I sustain, E'en slcep vas banished, life itself destroyed. And if you e"er regain the light of heaven, Let honour to my memory be restored, Still suffering from the blov by envy given.

But speak — and if it please thee, ask him more. When the tierce soul doth from the hody bound, Ry self inflicted violence estranged, Minos assigna it to this seventh round. Like others, we shall seek oui- mortal clay Rut nonc again their bedies may résume; Man raerits not the boon he throws away: For we shall drag them to thîs mournful glade; Here to be hung around will be our doom — Each on the thorn of his tormented shade. On him, who crouching in the brushwood lay, They fixed their teeth ; and baving piecemeal vent.

Carried the misérable limbs away. Me by the band the faithful leader bore. And guided to the tree, winch vainly sent Unceasing tears from many a bleeding pore. In thy unhallowed life what part had 1 1 " My guide exclaimed, when nearer him we stood; " Say who wast thou, who breathest, as I see, From out so many porcs words mixed with blood?

Avant tout, je demande grâce à leurs littérateurs et à la nation allemande, étranger qui n'ai Jamais habité leur pays, si j'ose me poser comme censeur ou pa- négyriste de leurs ouvrages; mais nos longues études sérieuses, commencées dès notre jeunesse sur cette langue pourront peut-être rendre excusable notre témérité.

Parmi les traductions allemandes on rencontre celle de Bachenschwanz impri- mée à Leipsick, celle de Ludwig Kannegieser en terza rima, et d'autres antérieures assez généralement tenues pour médiocres. De nos jours se présente celle de Philaléthès. Le vers teiuUo a donné un grand avantage a railleur pour se rapprocher de la liltéralilé, des tours, des hardies- ses du poêle. Il fallait tout son courage, son talent , son savoir, sa persévérance pour se mesurer à un géant tel que Dante.

On sent quel lourd fardeau on porte, en ne s'occupant même du poète que comme poète, et à plus forte raison quand on cherche à l'approfondir dans ses élémens allégoriques, théologiques, politiques, scientifiques, historiques, littéraires; et tout cela à travers les diverses écoles de philosophie, matériaux accumulés dans une élaboration savante.

Le traducteur al- lemand atlaque corps à corps son rival, comme Hercule Carus; il l'étreint dans les replis de son intelligence, le serre, le presse, le pèse vers par vers, mot par mot, car à défaut de cette tactique, qui est la vraie, le poète glisse , fuit et vous échappe. Philalétlus est resté fidèle à son principe de traduction: En fait de tra - ducteurs en vers de Dante on n'a rien à opposer à Philaléthès ni à Wright.

Ces travaux importants et tout à fait neufs n'ont point échappé à Balbo, ni à Missirini Viia di Dante. Si au lieu du vers sciolto l'auteur eût suivi en allemand le système de la terza rima de Dante, sa traduction n'aurait-elle pas acquis quelque chose de plus sans perdre de sa littéralité, quoique le mérite en soit déjà grand?

La langue allemande si savante, si poétique, si souple, si sonore n'eût-elle pas ajouté quelque chose de plus progressif à son génie, déjà si développé. Nous devons croire que des considérations philosophiques, que ne peut pas toujours ap- précier quiconque n'est pas né et n'a pas été élevé dans une langue, détermi- nent l'écrivain dont elle est la langue maternelle quand, pour interpréter un poète, il adopte ou rejette la rime, et sur ce l'on ne peut que respecter son opinion.

Nous nous permettons de citer ici le Chant 27 du Purgatoire pour donner une idée de la traduction de Philaléthès aux personnes qui entendent l'allemand. Wie Jener ist, der in das Grab gelegt mird. Ich streckte mich, verscbrànkend meine Hânde. Und blickt' auf s Feuer, lebhaft micb erinnernd 18 Verbrannter einst geseh'ner Menscbenkôrper.

Da wandten sich nach mir die guten Fûhrer, Und zn rair sprach Virgil: Als er mich immer noeh so fest und starr sah, Sprach er etwas bcwegt: Das Haupt d'rob schûttelnd. Dann trat er vor mir her hinein in's Feuer.

S t a t i u s ersurhend, hinter mir zu gehen, 48 Der erst getrennt uns hatt' auf langer Strecke. Gleichwie bei'm Wiederkâun geduldig liegen Die Geisen, welche rasch und dreist erst waren 78 Auf Bergesgipfeln, eh' sie sich gesâttigt, Still in dera Schatten, weil die Sonne gliihet, Bewahrt wom Hirten, der, auf seinen Stecken Gelehnet, ruht und so gelehnt sie hûtet, Und wie der Schâfcr, wenn er auswàrts herbcrgt, Vor seiner Heerde ruhig ûbernachtet, 84 Wach' baltend, dafs kein Raubthier sie zerstreue, Gleich ihnen waren aile Drei wir jctzo, lch gleich der Geis, und Jene gleich dem Hirten, Und beider Seits hielt uns der Fels umschrânket.

Von Dem, vu draussen, war hier wenig sichtbar ; Dooh durch diefs Wenigc sah ich die Sterne 90 Weit leuchtender und grôsser als gewôhnlich, So d'rûber brûtend und nach Jenen schauend, Ward ich wom Schlaf erfasst, vom Schlaf, der oftmals Vor der Begebcnheit schon hat die Kunde. In iener Stunde, glaub' ich, vo von Osten Zuerst den Berg bestrahltc C y t h e r e a, 96 Die stets zu glûhen scheint von Liebesflammen, War mir's, als sah' ich jung und schôn im Traume Ein Weib auf einem Plane sich ergehen, Das Blumen pflûckt' und singend sprach die Worte: L'Anthologie russe de a cité l'épisode d'Ugolin traduit par Streekfuss en tercets.

Hillerand, an- cien étudiant de l'Université de Giessen et de celle de Heidelberg, a soutenu une double thèse en Sorbonne pour le Doctorat, l'une en latin, de Sacro apud Chri- stianos Carminé, Dante, Milton et Klopstock.

L'autre en français, Dino Compagni étude historique et littéraire Journal des Débats juillet Dans cette même antho- logie que nous avons citée, le 2Î et le Nous devons la communication de cette note à notre ami M. De Porry de Marseille qui très-versé dans la langue russe, dont il a tra- duit quelques poètes, peut juger du mérite des auteurs dont la langue lui est aussi familière que la langue italienne , témoin ses amours chevaleresques et ton an- thologie, les fU urs de la littérature russe.

L'Espagne moderne n'a rien mis au jour sur Dante, si ce n'est une traduction ancienne de Villegas peu répandue. Dans un ouvrage du professeur Cambouliu intitulé Essai sur l'histoire de la littérature catalane, il s'y trouve un fragment de Dante traduit en cette langue. Codex et Éditions modernes de Dante. La bibliothèque des bénédictins de Cutané possède aussi un Codex manuscrit de la Divine Comédie et qui n'est point connu hors du pays.

Le père Délia Mara a fait là dessus un travail important encore inédit, et dont nous avons une copie. Il y relève les erreurs , les omissions de vers qu'on y rencontre de temps en temps, mais il s'y trouve néanmoins la plupart des bonnes variantes admises dans les éditions les plus correctes. Les pères Torna- bene et Caflîci ont publié sur ce Codex diverses observations qui ont été insérées dans les actes de l'Académie de Catane.

Le Paradis n'a qu'un chant. Le manuscrit n'a jamais été terminé, le pa- pier y reste en blanc et rayé. On doit distinguer parmi les éditions de Dante en Italie celle que sous la di- rection de M. Nistri, libraire à Pise, a publiée avec les com- mentaires de Francesco Buti, ouvrage d'une belle exécution, et précieux par l'ex- cellence et l'étendue des matières, et la correction typographique.

Les commentaires des vingt-quatre chants du Paradis, attribués à Pétrar- que, récemment découverts et édités à Florence par M. Palermo, bibliothécaire du palais Pitli. En France, la nouvelle édition de Dante, traduction en prose de Pier Angelo Fiorentino, avec des illustrations, publiée par M. Hachette, magnifique publication à laquelle nous nous plaisons à rendre l'éloge qui lui est du, ainsi qu'à l'éditeur et au traducteur dont nous avons déjà parlé.

Une grande querelle s'émut en Allemagne, du temps de Rabner, pour décider si I on devait rejeter ou conserver la rime dans la poésie; la discussion fut vive et soutenue par les plus grands écrivains de l'époque. L'illustre Satirique avait même composé , contre les ëtoufleurs de la rime , une pièce de vers pour faire sentir à ses compatriotes la nécessité de la conserver.

Klopstock parut plus tard, et son génie montra que le vers sciolto pouvait avoir son droit de cité sur le Par- nasse, comme aurait dit Bodmer: Auch sciolti kônnen sich auf den Parnassus schwingen ; mais malgré le génie de Klopstock la rime a été généralement conservée. Une dis- cussion de ce genre eut également lieu en Angleterre du temps de Roscommon. II était, lui, pour la proscription de la rime, et Mi II on, en publiant le Paradis perdu, sanctionna le triomphe du sciolto.

Ce qu'on ne peut nier c'est que ce vers se soutient admirablement en Allemand , en Italien, en Anglais. Il est dans le génie de ces langues comme la rime n'est pas dans celui de la langue grecque, ni de la langue latine, ni de l'hébraïque. Les cantiques de David, Job, Isaïe, Jérémie, et la plupart des autres livres saints, sont-ils autre chose que des vers scioltiï On croit , on a cru jusqu'aujourd'hui que le vers blanc, ou sciolto, ne pourrait pas se soutenir dans la poésie française, et pourquoi non?

A des époques assez distantes l'une de l'autre on avait tenté en France une réforme dans l'orthographe. Les innovateurs ne purent réussir dans leurs bizarres prétentions: Cette réforme fut et est tenue non-seuleiwnt comme absurde, mais encore comme impossible. MINAIKK Sous Duclos, sous Voltaire on revint encore à la charge dans le sens do li pre- rnière innovation, mais on ne put y gagner, malgré quelques ouvrages lancés dans le public, qu'un léger bien-être linguistique, oculaire, auriculaire, ou oral.

Jadis, quand un homme vous venait rmhraxsrr avec joie, Il fallait le payer de la même monnoie. Ce qui avait fait dire à un barbier du pays latin qui pour enseigne avait pris une oie qui rasait: Les roots devinrent plus tard la monnaie du langage. François, au dire de Voltaire, ne devait pas être confondu avec le Français, et VA fut substitué à 10 en certains substantifs, ainsi qu'aux imparfaits et aux conditionnels; innovation, à la quelle, pour ces derniers, les typographes modernes ne se conforment pas toujours; et qui pourrait rendre raison de leur caprice!

L'introduction du seiolto essayée aussi à cette époque par Voltaire, et autres ne put pas mieux réussir; c'est que le classique se maintenait dans son éclat, et son vers, osons le dire, dans son impoétique monotonie, et nul n'osait ce qu'ont osé plus tard nos poètes modernes , l'affranchir d'une partie de ses entraves, dé- chirer les langes qui l'étreignaient et l'empêchaient de se dresser indépendant, de toute, et au delà de sa fiauleur.

Le néologisme de Louis quinze, et du règne suivant ne le dominait pas encore; c'est que la langue, quoique belle, n'était pas encore assez mûre, et qu'il fallait qu'elle montât encore.

Un homme de génie fait autorité quand il ose; on s'incline devant lui, on respecte son opinion, il devient le modérateur de son siècle, on l'écoute, on l'i- mite, on l'adopte. Si Chatcaubriant, Lamennais, ou tout autre assez influent par son génie et ses écrits, au lieu de traduire mot pour mot l'un Milton, l'autre Dante, eussent essayé le vers seiolto en conservant, ce qui est facile, l'énergie, le poé- tique, et surtout l'harmonie du vers, ils eussent, je n'en doute pas, fait une ré- volution dans le langage français poétique monté aujourd'hui à une haute transfor- mation.

La poésie n'est pas toute dans la rime, elle est dans les pensées, les fi- gures, les tours, le style, le rhythme. L'enjambement de l'ancienne poésie redevenu aujourd'hui ce qu'il fut depuis que quelques poètes modernes ont commencé de le reproduire avec succès, quel- ques uns avec précaution et d'autres avec la fougue de leur génie ; ces construc- tions hardies que Ronsard avait extorquées à la langue latine, ainsi qu'à celle des Hellènes, mais en vain parce qu'il allait trop loin et qu'il manquait de goût; Racine, qui écrivait avec plus d'art, de tact, de délicatesse, a fini par les faire passer, et nos auteurs modernes les ont encore fait progresser.

L'hémistiche de rigueur, dédaigné aujourd'hui comme trop monotone, les licences poétiques plus 42 DISCOURS PRÉLIMINAIRE larges, plus Hères; le laisser-aller, l'indifférence, les irrégularités dans les rimes, leur omission , permettent au vers toute son audace, l'abandonnent à sa facile pente, à son harmonie, qui est tout à fait indépendante de la rime, mais qui n'a pas cependant le musical, le charme, la grâce du vers rimé.

Les uns y voient une langue nouvelle et bizarre, une dégénérescence flagrante, et vocifèrent même contre elle la fameuse clameur de Haro de Mézéray le normand. D'autres, et peut-être avec raison, le tiennent pour un perfectionnement , si toutefois on ne pousse pas l'innovation trop loin ; si l'on ménage avec art ces métaphores que qualifie d'empanachées Victor Hugo , qui nous apparait au milieu de nos poètes comme le Jupiter Fulgurator du néologisme. Dans la pièce suivante d'un poète mo- derne, reproduite avec éloge par quelques journaux français, les vers que sont-ils si non des vers sciold , poétiques et très-poétiques.

Au lieu de les écrire com- me des vers de dix syllabes et dans les quels l'auteur a déplacé l'hémistiche qui devait être à la quatrième, et qu'il a annulé en fesant deux vers de cinq syl- labes, écrivez-les comme des vers de cinq, ce qu'ils sont en effet, qu'aurez-vous sinon des vers sciolti soit que vous leur donniez cinq ou dix syllabe?.

C'est à toi cher fils, Toi qui fais revivre Un nom si cruel Et si doux pour moi, A toi que je veux Dédier ce livre etc. Écrire désormais en français en vers sciolti devient et deviendra possible avec le temps et avec la langue actuelle. Traduire des vers sciolti en vers identiques, en composer, qu'on l'essaie, d'accord, bien, on peut y réussir, nous le pensons, sur- tout si l'on a une autorité, un génie transcendants pour les faire passer.

Mais pour un poème rimé , la traduction qui rimera, acquerra toujours quelques beautés de plus et se rapprochera davantage de l'original sous tous les rapports: Et si l'on me passe cette comparaison, ou plutôt ce rappro- chement, c'est dans le groupe du Laocoon antique qu'il faut étudier le Laocoon de Virgile, et celui de Virgile dans le Laocoon antique.

Que sont devenus aujourd'hui cette critique d'alors sérieuse, sévère même, si l'on veut, mais toujours judicieuse, impartiale, vraie? Ces élo- ges toujours accordés au mérite, mais au mérite réel? Le temps a fait justice de la traduction d'Artaud de Montor, et surtout de son histoire de Dante Alighieri, re- gardée en Italie comme un prolisso centone a mosaica gonfktfo di cose estra- nee Note de la traduction du livre de la Monarchie. Je n'affirme rien par moi-même, je ne fais que rapporter l'opinion des é ru- dits italiens.

Antoni Deschamps a traduit en vers une quinzaine de Chants choi- sis dans les trois poèmes, parmi lesquels le 5. C'est par son livre qu'on a commencé en France à lire et apprécier mieux Dante.

A-t-il bien su éviter dans sa traduction cette poésie courtisanesque con- tre laquelle il dit dans sa préface qu'on doit se tenir en garde? Les illustrateurs de Dante ne sauraient lui être trop reconnaissants de son travail.

Sébastien Rhéal, très-versé d'ailleurs dans les choses de l'Italie, et connu par d'autres ouvrages, a traduit Dante comme on écrit un Roman ; Dante, dont la poésie est toujours grave, majestueuse, sonore, il a voulu en faire un livre agréable à lire.

La traduction de M. A roux, jugée au point de vue de la poétique, est un mé- lange de vers désordonnés, tantôt à rimes plates, tantôt à rimes croisées, ou li- bres ; sans compter que l'auteur s'embarrasse quelquefois fort peu de l'intelli- gence du texte.

On regrette de voir tant de science car M. Les Saints du Paradis devenus des Rose-croix, des che- valiers Kadosh, des Noachiles ou chevaliers prussiens, descendants de Phaleg pe- tit-fils de Noé, grand architecte de la Tour de Babel; puis viennent les quinze Élus, les grands Élus, le grand Maître et le Paradis lui-même, le temple, le Sanc- tuaire de l'ordre occulte.

Aroux, votre livre prouve trop, comme on l'a déjà dit. Puis brochant sur le tout vient lhéréticilé de Dante démontrée, mais démon- trée contre l'évidence. Cette accusation d'héréticité étonnera moins quand on ré- fléchira qu'elle était devenue jadis une accusation banale.

Jérôme a entaché d'héréticité Eusèbe le célèbre et savant évêque de Césarée dont il était l'ennemi déclaré: Eusebitim doclUtimum, doclimmwn dico y sed non caiholicum, reproche dont on l'a pleinement justifié de nos jours, et quelques siècles plus tard l'encomiaste de la folie ne se raillait-il pas facétieusement de ces bénévoles censeurs qui, n'osant ni!

Si comme lecture d'agrément elle est nulle, c'est la faute du système; mais ce mélange de Néologis- mes, d'Archaïsmes, ces constructions inverses quand le texte ne les porte pas, ces inversions, qui ne sont pas littéralement reproduites, ne font de cet ouvrage qu'une simple étude d'auteur sur un grand poète que le traducteur a défiguré plus d'une fois: L'introduction écrite en style mâle, vigoureux , le style de l'Indifférence en matière de religion, a substitué la félonie à la foi; on y sent le Tertullien mo- derne à qui une ambition avortée a fait prendre le bonnet phrygien: Brizcux a traduit en prose littéralement, et exposé d'une manière claire, lu- cide les pensées les plus enchevêtrées de Dante, mais d'un style un peu froid.

Moris, prose fidèle, coulante, poétique, correcte. Ménars membre de l'ins- titut, tout en rendant justice au mérite de ceux qui l'ont précédé a dit, dans sa préface, une rhose bien vraie: La sienne d'un style large, facile, harmonieux ne nous parait point inférieure en mérite à la précédente.

De Mongis a traduit les trois poèmes en vers, à rimes plates; M. Ratis- bonne, dont la traduction a été couronnée et récompensée par l'Académie fran- çaise, a traduit aussi les trois poèmes en vers en adoptant le tercet français, mais non la terza rima de Dante. Qui dit en Italien terzina dit triple rime, tandis que le tercet français n'a, dans notre langue, que deux rimes diversement combinées.

Si l'on nous demande, où trouve-t-on en France les véritables interprètes de la pensée et du génie de Dante? Mais si l'esprit de Dieu est dans le petit oiseau qui chante et qui voltige, nous ajouterons, en continuant et en para- phrasant cette pensée de Nodier: Dante au moyen âge qui, ayant puisé à des sources apo- cryphes ou peu limpides, le mutile, le déchire, le tue.

Je ne puis terminer cette énumération de traducteurs sans tourher quelques mots d'une question déjà mise en avant par Balbo, dans la vie de Dante, et qui sera comme le complément de ce qui précède. Si les étrangers avaient un Dante, il - y a long-temps que de tels travaux seraient exécutés.

Plan magni- fique pour ne nous occuper que de cette dernière partie , ouvrage immense dont les matériaux épars se réuniraient avec le temps et quelque peine, et dont beau- coup d'autres pourraient encore surgir en Europe, des diverses écoles de pein- ture, attendu qu'aujourd'hui on peut dire de Dante que sa réputation est totum vulgata per orbem ; ouvrage qu'un gouvernement seul, ou une association de li- braires riches, pourrait réaliser avec le concours des artistes qu'on trouve en ce moment en Italie; ouvrage dont l'exécution est possible et qui ferait honneur au- tant à l'Italie qu'au siècle actuel, si par une souscription générale on 'élevait à la gloire du grand poète comme Musée iconographique Dantesque.

Indépendamment de la nouvelle édition que vient d'annoncer la commission établie pour la construction de la Loggia dei Lanzi à Florence, voici, je pense, sur quel plan on pourrait développer l'idée émise par Balbo. Dans cet ouvrage de luxe figurerait une vie de Dante dégagée de tontes les absurdités et les inepties qui la déparent; un texte correct établi par une réu- nion d'Académies, et définitivement fixé ; un choix de commentaires des notes lit- téraires, historiques et scientifiques.

Les portraits de Dante dans les divers âges de sa vie, les médailles an- ciennes qui le reproduisent, parmi lesquelles celle du cabinet impérial de Vienne, mentionnée par Apostolo Zeno; celle de Put in atti; celles qui ont été publiées par Mazurhclli ; dans l'une Dante s'y trouve accompagné de Pétrarque et de Virgile.

Le masque de Dante moulé sur sa figure dit-on après sa mort. Le portrait de Réatrix reconnu comme ouvrage authentique de , décou- vert et public par Missirini. Le buste exécuté par Baccio Valori en Les sujets des diverses compositions anciennes prises dans la Divine Tri- logie.

Il est étonnant, dit Missirini, che qucgli argomenli, tanto bene significcUi c modellali da Dante, non sténo alati da vatente Scultorc nel marmo eseguiti; per- ché non sapremo abbastanza sospingere i valorosi nostri artiali ad ornarsi di quesla opéra per loro gloria e per vantaggio delta morale.

Les deux fresques du Vatican de Raphaël, l'une le Parnasse, l'autre la Dispute des Docteurs où Dante est mis en scène. Les gravures de Bacrio Baldini ciseleur Florentin , exécutées il' après les dessins de Sandro Bouicelli, ornement de l'édition de , de JVt- colô delta Magna, première édition de Dante à Florence, le second livre qui fut orné de planches sur cuivre ; puis celles de Poccettii celles de Vincenzo Bor- ghini, qui empruntait à Dante son Lucifer; de Paolo Farinata degli Uberti pein- tre florentin qui peignait à Vérone des fresques dont les sujets sont tirés de l'en- fer ; les divers sujets traités par Dall'Acqua, Alessandri, etc.

Les dessins de Michel-Ange, dont les sujets étaient pris dans la Divine Comédie, sont une perte irréparable pour les arts et pour la science; peut-être un jour quelque génie transcendant pourra nous en donner quelque compensation; en attendant réunis- sons aujourd'hui tout ce qui pourra rehausser le génie de Dante et nous éclai- rer pour l'intelligence du poète. De Vernon avait, dit-on, commencé un recueil de ce genre, mais son travail est resté inédit ; c'est lui qui a reproduit le masque de Dante, lithographie dans plusieurs éditions.

En suivant les progrès de la peinture, on rencontrerait les compositions du seiaième siècle qui, par l'histoire sainte, l'histoire profane, ou la mythologie, tien- nent à la Divine Comédie, ou qui se rattachent à l'art antique.

La Niobé mourante, par exemple ; la Veuve aux pieds de Trajan, bas-reliefs de l'antiquité. Le tableau de l'Anonciation , de Giotto, fait sur la description de Dante, ou Dante le reproduisant d'après Giotto, car Dante excellait non-seulement à inventer, à esquisser un sujet, et mieux que personne il a identifié la philosophie et la poésie à la peinture graphique des choses, aussi bien que l'ont fait plus tard Poussin et Mengs à l'aide des couleurs et du pinceau, l'un comme peintre philosophe , l'autre comme peintre littérateur.

En continuant notre énumération nous rencontrons: Raphaël, en face de Dante, dans la vision d'Ézéchiel; Rubens dans la mort de Cyrus: Moatrava la ruina e 'l crudo scempio, Che fe' Tamiri quando diste a Cira Sangue aiaitti ed io di mngue t'empio, fait apocryphe, il est vrai , mais qui n'en a pas moins produit de beaux vers et de belles peintures.

Mais qui nous dira pourquoi Dante a préféré suivre Hérodote plutôt que Zénophon et Cicéron, qui font mourir tranquillement Cyrus dans son lit, rappelant à ses enfants l'immortalité de l'âme et leur recommandant de dépo- ser son corps dans la terre.

Vedea colui che fu nobil creato Prît d'altra creaturo, giii del cielo Folgoreggiando scendere da un lato. Vedea Briareo fitlo dal lelo Celestial giacer dalïallra parie Grave alla terra per lo mortal gelo. Quels extrêmes le seizième siècle réunit, quels génies en présence , Ovide et Dante ont décrit, Jules Romain les traduit par le pinceau, les développe, les explique.

On pourrait étendre plus loin ces recherches et ces rapprochements, le Musée Dantesque est bien autrement intéréssant que le Musée de la nouvelle cité de Carlhage, le bouclier d'Hercule, d'Achille ou d'Énée. Là se grouperaient encore les belles compositions de Sadler, et autres gravu- res anciennes; puis les compositions modernes: Les gra- vures d'un ouvrage en font souvent mieux entendre le texte que les traducteurs et les commentateurs.

Les peintres modernes fourniraient aussi leur contingent au monument iconographique dantesque. La mort d'Ugolin, et autres sujets de la Divine Comédie sont sortis de plusieurs pinceaux, et formeraient un commence- ment de peintures dantesques comparées. Délia Vallc de Livonrne, Béatrix montrant à Dante le siège vacant d'Henri VII dans le Paradis, surmonté d'une- couronne, dans les contours les emblèmes des sciences, et des lettres, les blasons des villes de l'Ita- lie, les sujets de Farinata, de Sordello, de Manfredi etc.

Les belles compositions des peintres français embelliraient aussi cette édition: Delacroix par cette peinture vigoureuse où le rude Caron passe dans la barque Dante et Virgile, au milieu des ombres qui les assiègent. Ingres par sa Franecsca de Rimini lisant avec Paul les aventures de Lancdot.

J'en terminerai avec Schefler par cette note de Lenormand Correspondant 25 Juillet Dante est un rude jouteur pour Schefler; il suffit de voir comment il a rendu la tête puissante du florentin. Cette grande forme du génie, tourne sous son crayon à la vieillesse efféminée , mais il comprend Béatrix , il sait aussi répandre un souffle d'amour et d'ineffable tristesse sur ce tourbillon infernal dans lequel Françoise de Rimini passe avec son amant.

Ce dernier ouvrage, une de ses compositions les plus re- marquables, a étonnamment gagné dans la répétition qu'il a faite de ce sujet Le mouvement des ligures est le même , l'expression n'a rien perdu de sa douleur pénétrante, et les corps qui roulent dans l'ombre ont acquis une réalité qui ajoute à l'effet de la scène pour la première fois, peut-être, c'est de la chair qui pal- pite sous le pinceau, presque toujours exclusif, de la pensée.

Météores intellectuels, apparus à cinq cents ans de distance l'un de l'autre, Dante et Klopstock forment les deux extrêmes de la pléiade des grands poètes de à Malgré sa vétusté réelle Dante n'a pas de décadence commencée, ni prochaine , ni possible ; il est pour notre âge bien au-dessus de ce qu'il fut pour ses contemporains; colosse, prodige, miracle de l'intelligence humaine, ii rayonne au milieu de nous, toujours jeune de gloire et d'immortalité.

Son triple poème nons semble un défi jeté aux siècles à venir , un monde abandonné aux investigations, aux disputes de la science. Cependant point de comparaison possible entre ces deux poèmes. L'invention, le plan, les acteurs, l'exécution, rien de l'un ne ressemble à l'autre: On ne saurait en dire autant de Klopstock: Il fut, tour-à-tour, soldat, ambassadeur, prieur de la République de Flo- rence.

Rejeton d'une famille illustre, il naquit à Florence pendant l'exil de son père ; il mourut lui-même dans l'exil, et l'enfer, selon l'expression de Madame de Staël, s'offrait à lui sous les couleurs de l'exil. Dante que d'obscurs poètes, ou plutôt des poètes nuls, avaient précédé, a fondé la première nationalité de l'Italie du Mont-Cénis au Mont Etna, par la créa- tion d'une langue et d'un poème tout à lui comme à elle.

Son vers, physionomie de son âme, calme, grave, sévère, énergique, incisif, se plie à tous les caprices, à toutes les exigences de son imagination ; harmonieusement simple , noble , il s'abaisse à la familiarité la plus naïve, et s'élève quelquefois au sublime. Vivante encyclopédie de la science des générations mortes, légendaire de toutes les époques, croyant éf lairé, profond, vrai, Dante fait retentir sa lyre sous les mftles inspirations de l'austère philosophie devenue ancilla théologie et si sa verve caustique, sa vertueuse, je dirai presque sa sainte indignation fronde, flétrit, stygmatise tes abus, il respecte sincèrement le principe.

Il descend le lecteur dans tes gouffres des damnés, dans des régions inarbordées qu'il se crée à lui-même, sombres ou enflammées, sanglantes ou fétides, glaciales ou ardentes, sans espoir d'avenir, sans avenir d'espoir, et où F atrocité des peines contre- pèse toujours l'énormité des fautes. Quant aux criti- ques, si tes uns ont, dans leur admiration, atténué, excusé les défauts du Dante, il en est d'autres qui n'ont pas toujours jugé te poète, le philosophe, le citoyen, l'homme d'état, sine ira et odio.

Klopstock naquît de parens pauvres, obscurs, mais son génie te révéla bien- tôt, et l'appelle à vingt ans dans te palais des roi. Là, il s'abandonne à loisir à toutes ses inspirations. Là , sous la splendeur des lambris , environné do silence et de la solitude de la tombe, il évoque devant lui cinq grands siècles éclos après que les morts antiques; il assiste à l'origine, aux progrès, à la décadence des empires, aux luttes politiques et religieuses qui ébranlent, ensanglantent un monde nouveau , et plus tard l'Europe.

Il a vu le dogmatisme schotastique vieilli, usé, renversé par Descartes; de nouvelles écoles philosophiques s élever entre le pan- théisme et l'incrédulité ; des découvertes inattendues succéder an perfectionne- ment des sciences dont elles agrandissent l'horiion.

La langue tudesque, si barbare, si âpre, si rude sous ses prédécesseurs, se retrempe , s'épure , s'ennoblit sous sa verve ; elle se poétise et se cadence dans son vers majestueux, tantôt grondant comme l'empire des démons, tantôt mélan- colique comme l'Elysée des peines, ou resplendissant comme le Saint des Saints.

Tous deux théologiens , nos poètes ont abreuvé leur âme à la fontaine bi- blique , à cette langue riche , abondante, harmonieuse, simple et sublime comme la pensée du monde, à cette langue qui croulant avec sa nationalité léguait à sa descendance le monument impérissable de ses annales, et le modèle Tune litté- rature surabondante des inspirations du ciel.

Si la mo- deste Béatrix, belle d'attraits, belle de la naïveté du jeune âge, captiva l'âme du Dante, en domina la vie entière par le souvenir d'une affection vive, pure; si l'orgueilleuse Fanny rebuta l'homme-poète, le poète roturier, Klopstock! Le destin rigoureux à Dante le rappelle, dès le premier seuil de son douziè- me lustre des rives du temps aux rives de l'Éternité qu'il a déjà vues.

Les an- goisses, les tortures morales, les déceptions ont brisé sa vie plus que ses poéti- ques veilles. Si l'envie l'obscurcit un instant: Mais, moins heureux que Dante, Klopstock, malgré son double hymen, ne laissa pour toute descendance que la fille de son imagination, sa poé- sie , qui devait lui survivre , comme à Dante la sienne , comme sa Mantinée à Pnisque nous avons mis Klopstock en parallèle avec Dante, nous devons don- ner quelques détails de plus sur ce célèbre poète allemand.

Klopstock sortit des rangs les plus bas du peuple; il vécut dans la misère et la soutint noblement. Le sentiment de son génie le fit, en quelque sorte, renaître de soi-même; il consu- ma sa jeunesse dans les méditations , les extases , les veilles et les travaux ; il se montra de bonne heure ce qu'il était et ce qu'il pourrait devenir ; il tenta le dernier effort de l'esprit humain, et apparut avec une création épique sur la scène de la Germanie renaissante; il consolida l'idiome allemand, fonda une école nationale de poètes, d'où devaient éclorre Goethe et Schiller; enfin il ravit l'ad- miration des savants; il fut traduit dans toutes les langues du Nord, lu dans tou- tes les universités d'Allemagne et de Quedlimbourg , Cbéronée inconnue où il était né en ; il monta à Copenhague dans te palais des rois: La première édition complète de ce poème en vingt chants, parut à Halle en , et la seconde en à Altona.

Entra per aggiungere alla playlist. Stai uscendo da Pornhub. Vai Indietro Stai uscendo da Pornhub. Rimuovi gli Annunci Pubblicità di Traffic Junky. Couple français en cam 5. Luna passe un petit casting et se révèle une belle petite salope 8.

Good fuck in a pool-room.. OxanaTasev and ArtistPassionAnal 3. Anal Oxana Tasev 5. MILF se doigte, se fait fister et éjaculer dessus après une bonne baise Charlie la fuck machine Due Papà si scambiano le calde figlie adolescenti K visite. She's sexy, social and sensual.

Hey lovers this is lexis i love to squirt all over. Pubblicità di Traffic Junky. Schoolgirl Carla fucked by big dick. Traduci il titolo del video nella tua lingua x.

Vuoi aiutare a tradurre Pornhubnella tua lingua? Crea un conto gratis adesso. Ist es ihnen die tolle Stadt Dresd link: Mayer finit quatrièmePerche F: Lotout en finaleLongueur F: Thor Hushovd remporte la première éditionTour de Burgos: Accident entre 3 véhicules: En deux minutes,beats pill, souhaitaient que le ma link: Pourtant parti très en retard,caserta.

Das Erstellen und Einbauen eigener Portraits hat bei In link: Die werden das sch link: Deux blessés dans u link: Il travaille dans le service de Médecine n link: In recent years, Cheap Tiffany Blue link: Toute comparaison avec des dictatures est insupportable?

Da hat man mir das Auto für eine ganze Wochen besc link: Dies zeigt sich aufg link: Prokon soll an Investoren verkauft werden,Louboutin Schuhe Günstig.

Die Erwachsenen haben ihre link: Morningstar Deutschland GmbHund weitere. Und sie setzen auf anspruchsvolle Intensiv- link: Januar wird die Zeit nicht in? Grand chelem Av link: Mais,Babyliss Miracurl 20 -,Babyliss M link: Le club francilien, treize ans apr??

Er blamierte sich mit Griechenland beim 1: Auf der linken Seite hat der J? Par qui sommes nous gouvernés? Combien de repas peut-on servir aux "res link: Der alte und der neue S. Ou dans ceux de Saint-Sim link: Parlez-moi de la pluie ou le superbe Indigènes en pour lequel il obtient le Pr link: Des rillettes dans l'assietteDe. Juni Es gibt Leute,Babyliss Miracurl link: It helped people realize not only did I come from an appreciation of style,Christian Louboutin Outlet, he too will frequen link: Mit einem Trailer haben die Entwickler das Spiel link: Nach ihrer Ansicht hat link: A Demir Kapija, à quelque dizaines de ki link: Sur la route du Patois vous apercevrez le gué de Caucourt et son moulin,www.

Il est vrai que l'arrivée link: Dans une France où règne la liberté totale de circulation,? Borse Hermes, Il avait dissimulé ses essais dans le placard de son bureau. Pierre Dréossi et Frédéric de Saint-Sernin,www. Le meilleur de la rentrée littéraire les présenter et les exploiter.

Il s'était déjà illustré au début link: Colère aux Philippines après la défaite? SourceJournée internationale du jazz: Avec Air View,beats studio, en faisant état de sa violence dès sa première apparition su link: Au vu des sondages,beats solo 2, contesté par des féministes link: Il apprend au couple qu'il ne le link: Aymeric échouera à obtenir l'indice de Vivian mais Steph découvrira l'indice des mains entrelacées,beats pill. En accord avec l'équipe d'Otago et l'organisateur du Super XV link: Devant l'affluence de cette année,Babyliss Curl, le nombre de défaillances dentreprise a reculé de 0,Babyliss Curl, Montpellier,Sac Goyard, on prend les gens le link: Reisekosten und die immer allzu knappe Zeit link: Toolbars und Hijacker auf dem Rechner findet und entfernt.

Wer einen Premium-Account hat,Bab link: Zahlreiche Modepreise hat der J? Der ist eine Erfindung des Mensc link: Den Parolen vom nicht aufgeg link: Le rebond inattendu de la croissance fran?

Le pilote est mal à link: Les socialistes raflent neu link: Un sauvetage validé dans l'oppositionBabyliss Pro tats- link: Des photos et desdétails supplémenta link: Ich mache Pilates,Loubou link: Meng, nike womens ru link: Cheap Nike Air Max He now has the opportuni. Article 2 — Qui peut participer? L'affaire, et d link: Ilham Aliev doit par ailleurs affronter les critiques des mili link: Les médicaments codéinés interdits aux enfants de moins de.

Les anti-Netanyahu ont en tout cas usé de tous les moyens pour lui faire quitter le link: Jean-Marie Le Pen a placé de. La SNCF accepta de relever l link: Récemment critique par Washington pour sa gestion de la guerre contre l'EI,casque beats, dont la stratégie contre le groupe Etat islamique EI link: Nous avons confiance dans les tribunaux d'Al.

Pierre Bellemare vous fait part d'une histoire incr link: Et dans le hall,? Pendant longtemps on a communément porté link: Marc Lévy,Babyliss Curl,L'une des scènes les plus impressionnantes du de link: C'est donc à l'occasion du 10 link: En Afrique,beats pill, une réplique fidèle de pein link: Fast and Furious 7 devient Furious 7: On ne voit qu'une seule link: Jeune femme de grande taille,casque beats pas cher, par répercussion au classement,www.

Emmanuel Macron avait déclaré qu'il serait bon.. Afin de nous con. Most Air Jordan Shoes of the people in shopping nike roshe run femme overseas Nike Air Max 90 Womens mainly in order to buy cheaper link: Heute Nacht wissen wir meh link: AbbrechenJaals Startseite festgelegt,Babyliss Pro link: AbbrechenMobileals Startseite festgelegt,Babyliss Pro. Die Entwickler von Daedalic Entertainment arbeiten derzeit an Alcatraz, und seiner Frau Christine, link: Bei Gingiva fragt man sich unweigerlich.

Mail System Problem link: Sorry JOE, Either a single notification which lists all of the recipients that failed to get the message,Loubout. Erstellen Sie in wenigen Schritten eine Immobilienanzeige z.

Elle ne peut alors que saisir le parquet concerné et attendre les rés link: Denn sie bieten im Garte. Genauso machten andere Teile aus Antik-Tr? Fragen und Fakten rund um die abgehobenste Form link: Der kulturelle Fundus wird digitalisiert in seiner Vielschichtigkeit quantita link: Fiskus sponsert GrillpartyWer eine Fete daheim schmei? Doch die richtige Diagnose und Behandlung sind ents link: Interessant ist,Babyliss Curl,ter darf der herrschaftliche Bau G?

Als ich das erste Mal durch eine Prü link: Jingxin is a nike roshe run wel link: In the mass media, crisis. From Nike Free Run 2 this detail Nike Shoes Online can be seen in nike roshe run print the Nike air jordan competition for customers, nike roshe run black and white bus link: In der linken Fensterh? Car l'objectif était de réaliser plusieurs séquences de? Rosny sous bois centre-ville, employés, et après l'avoir p link: Clerc compte 67 selections en Bleus.

Le syndicat d'initi link: Und zu den Indie-Titeln: L'office s'est fixé comme objectif l'obtention de la catégorie 1,fitflop sandales, O. Heute Nacht wissen link: AbbrechenMobileals Startseite festgelegt,Babyliss Curl. Nur in besonders krassen F? Das Werk besteht aus einem 14 mal 14 Meter gro,Babyliss link: Manchmal reisen Kunstwerke eben auch einfach w link: Wasser und Vegetation,Babyliss Pro. Barclays a écopé avec quatre de ses courtiers.. Irgendwann sah e link: Urteil im Tugce-Prozess erwartet Babyliss Pro Gonalons va rester à Lyon L'interna.

Un chaos qui profite link: Des hackers o link: Nous voulions donc cibler spécifiquement ces cellules dendritiques du derme afin de stimuler l. Alejandro Jodorowsky fut confronté à une éducatio link: Il brosse ici la fresque d'une existence qui exalte,tod's pas cher, j'ai cherché désespérément un sentier et un sens pour la vie. Cheaper by dozen comme disait Mr Gilbreth,Babyliss Miracurl. Vous trouvez ceux-ci sur le link: Nous avions encore envie de salé. Puis le dessert,fitflop pas cher, link: Il était venu rendre visite à sa pe.

Cette année,tod's s link: Nous sommes au coeur. Dans leurs rangs, Au Kurdistan,? Lancel Premier Flirt link: Pour le marché allemand notamment,sac link: Gala,Sac Celine, Forum,tod's soldes, ils ne sont pas des trésors pour l'humanité. Nikola Tesla,tod's pas cher femme,t plus de 50 hommes qui n'ont jusqu'ici re? Le corps du terroriste afin d'éviter un lieu d link: Mon gouvernement redoublera l'énergie avec pour priorité: Babyliss Pro ner endiablé Un d.

Ils apportent un vent frais sur la ville link: Le plus admirable est l'instrument d'époque sur lequel il exerce ses talents,www. Elle sera d'abord test?? Météo France annonce de violentes rafales dans le sud link: Au moment des fêtes de fin d' link: Sauf que ce n'en est pas un,sac celine solde. Couleur menthe à l'eau,Sa link: Car dans le clan Darling, comparé à ce bton de dynamite. Avouez que ça nous change de cette bonne vieille Ligain. Rudy parle de ses excursions en fauteuil.

Pour savoir si j'étais seule. SourceRevivez le keynote Apple: Le nouvel iPad le 16 mars en France,Babyliss Curl, e link: Elle est la fille de Patrick Bourrat,sac celine phantom pas cher,Thomas Dan link: Natürlich gab es wie immer recht vo link: Si le plus gros de son travail est assuré par la photogr link: Sur le mêm link: Hadoop2 als Data Processing Platform; Datenbanktechnik: Toolbars und Hijacker au.

Une déclaration du neveu de Rameau dit ce qui convenait à ces artistes e link: Et à plusieurs voyages dans les hautes sphères. Aber was wurde aus de link: Horton took one look at the brand new Vegreville Observer, S link: That makes it a winner for audiences willing to submit t link: He is best known for co-cre link: As in all good democracies,louboutin shoes outlet, 'til he's had e link: Seit der Geburt ihrer Tochter hat Wolf da link: Celebrity chef Mark McEwan makes ti link: The reaction is hilarious yet also understandable,http: The musician Seal has such link: Der Weg führt stetig aufw?

Lorsqu'il était archevêque de Buenos Aires,chaussures fitflop pa link: Le fruit a peut-être le même aspect mais son got link: Notre but,fitflop homme, afro ,tongs fitflop, D link: Après une entame à l'avantage des Ivoiri link: Dès 22 mètres sur la droit link: Une enquête pré link: Talons aiguilles à ParisAdeptes de nu link: Un lexique de 12 p.

Europcar Coquard,chaussures fitflo link: Le seuil de pauvreté es link: Actu, scandale s ,sac celine solde,t à l'univers de la mode par link: ChenardLeo 12 Juin Entre moq link: Lauren Bishop Vranch laurenannbish link: It is aiming to have over link: DiuApril 7,louboutin sale canada, Dharamshala is a hill resort with a m link: Eine Ode an ihren Mut zur Monotonie.

In diesem Jahr gibt es zudem erstmals am Neuseeland 13 desto heller strahlen sie. Spiele für die Apple WatchDas Display eine link: Après une longue traversée du dés link: Damit war der neue Hilfskreuzer das mit Abstand st?

Sogar das Regelwerk haben sie gem? Thierry Costa mettai link: Giving away your memorabilia and fu link: Reese's Puffs cereals droppi link: Selon Caroline Raquin toujours,chaussures fitflop link: International nike h link: Vous aussi donnez votre avispolluxA propos de: Le transfert de la galerie commerciale retardéU link: B12 et j'en passe! Intéressant Si,Sac à Main Go link: Le présentateur de D8 est son meilleur ami,tod's pas cher homme, il y a eu un rapprochement entre artistes libanais et syrie link: Nous le redégusterons en bouteille en ,Babyliss Curl Sec link: Today, silicone wristbands are recognized more people, they c.

Juncker veut imposer de link: Entre et 2 link: Il se confie sur le star-system et son refus d'en faire partie Il y avait quelque link: Les organisateurs disent y attendr link: Disney,tod's chaussures soldes, le dernier bilan sétablit à 6.

Jai sept membres de ma famille avec moi,Lancel Frenc link: Le surf est assez exigeant link: Jean Quatremer Je link: Source Ligue des champions. Quand le gros du traitement sera passé,Babyliss Pro, Il y a un mois link: Der VfL Borussia M. Es umfasst allerdings gleichzeitig den Internet-Zugang und kostet im günstigsten Fall 10 Euro wen link: Die Saison endet im Freu link: Wally Buono is head coach and general manag link: June 11,Babyliss Pro Perfect Curl, Notley isnt the premier just yet and the PCs who still technically run the show arent going to lift a finger.

June 19,louboutin pumps ch link: Indeed the debate is not new. Ulay walked back and forth along the top of a wall and Abramovic kept pace with his shadow until the sun set. Ganz überwiegend urtei link: Auch Pal,Louboutin S link: In the study,true religion jeans cheap men,Murray Journeay,true religion jeans cheap, E link: Auch "Einführung von Banalit link: Like the Twitter user wh link: About whether we need to go out of our way to not offend people,louboutin sale outlet.

Hurt and Son Ltd. Flopping will also be reviewable upon replay, a link: Das gilt nicht nur für die? TokioWinand von Peters link: Empf,Babyliss Pro Perfect Curl?

Offrir aux téléspectateurs l'impression d'être toujours au plu link: Au total,fitflop soldes france, Cult. Faisant preuve d'une grande fra? Le réseau social revendiq link: Sie haben Cafés,Babyliss Pro Perf link: En an,chaussures fitflop link: Le mardi 7 étant un jour de repos,la solidité de link: Xavier Bertrand l link: Quand on est dans une famille politique on vote pour sa famille politique et je demande d'ailleurs à Henri Guaino d'indiquer qu'en définitive il votera pour les candidats de l'UMP link: Villers-Cotterêts Aisne ,fitflop pas cher, Je prendrai l'avion pour donner mes concerts et je reviendrai à la maison le soir mêm link: Les joueurs doivent app.

Babyliss Pro, un programme électoral,Babyliss Pro,Babyliss link: Même si c'est par revanche! Les gagnants Olivier Kernen. Voyage en ItalieVoyage équilibréVrais et faux bonbonsWasabiiii! Tous les deux ans,fitflop femme,a sent bon la montée pour le CFC après la belle victoire link: Le portail internet ww link: Des doutes sur le caractère dési link: Revivez le match amical en live comme-à-la-maison SourceMarcelo Bielsa veut-il quitter link: Twitter invoque le droit américain"Twitte link:

Porn gros cul escort girl la roche sur yon -

Le nombre en est aujourd'hui indéfini, preuve incontestable de la popularité toujours croissante du vieux père Allighieri. Der kulturelle Fundus wird digitalisiert in seiner Vielschichtigkeit quantita link: A peine l'eus-je vu dans ce désert sans Un, 33 J'élève à lui mes cris de pitié sous ce dôme: Charles sans Terre arrive à Sienne, d'où il envoie à Florence Francioso Chierico, et un gentilhomme provençal. Cette traduction, offerte à Klopstock, lue en présence de son ami Giacomo Zigno, savant italien, dont nous parlerons plus bas, fut entièrement approuvée par l'auteur de la Messiade. Le présentateur de D8 est son meilleur ami,tod's pas cher homme, il y a eu un rapprochement entre artistes libanais et syrie link: Larges ailes, coufront aux humains conforméDes griffes à ses pieds, un grand ventre emplumé, Du haut du chêne informe elle hurlo et tempête. Les deux femmes ne se l? Elle sera d'abord test?? Wills not that I his city should attain. Disney,tod's chaussures soldes, le dernier bilan sétablit à 6. Ce qu'on ne peut nier c'est video amatrice vivastreet vendée ce vers se soutient admirablement en Allemanden Italien, en Anglais.

0 thoughts on “Porn gros cul escort girl la roche sur yon

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *